02 juin 2017

Mort du "francitan", et disparition définitive du provençal ?

Un certain nombre d’occitanistes de Provence, dont je fus, pensaient dans les années 1970-1980 qu’un des vecteurs du salut, voire du renouveau de la langue était ce francitan qui était encore le lot commun d’une majorité de Provençaux qui ne parlaitent plus provençal et même en ignoraient tout. Francitan ? Ce mot barbare forgé évidemment sur « français » et « occitan » désignait une imprégnation du français populaire par la langue d’Oc : dans l’accent déjà, point fondamental, et aussi dans un lexique... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 03:44 - - Permalien [#]
Tags : ,

11 décembre 2014

Sur un texte d'Amable Richier

Siam dins una passa que, se lei famós locutors naturaus defuntan, ailas, vesèm tot plen de monde qu’aprenon l’occitan, un occitan qu’an pas jamai parlat, ni meme ausit. Ieu, que siáu vieilh (perdon, ara, i a plus de vielhs, i a que de « seniòrs »), siáu dins lo prefil classica, coma tant d’autrei : mei grands parents parlavan occitan, donc mei parents l’an ausida, la lenga, mai la parlavan pas. E m’an parlat ren que francés. Mai, quora me li siáu mès, aviáu ambé lo « francitan » la musica e leis estructuras... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:46 - - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
10 novembre 2014

Granda ò Gròssa ?

(Bilhet blòg 2013) Ausit l’autre jorn, d’una frema que disiá (sensa ironia) d'una autra, maniaca dau netitge : « C’est une grosse propre ». Vaquí coma lo francitan popular, ò ce que ne’n rèsta, pòt donar ai joineis escrivans sus l’esperit de la lenga, quora vòlon revira « grand », ò « très »…Ne'n pòdon faire "gròs profiech"...
Posté par rmerle à 19:15 - - Permalien [#]
Tags :
15 octobre 2014

René Merle - "L’occitan. Réalités et fonctionnement". La Nouvelle Critique 1977

René Merle - "L’occitan. Réalités et fonctionnement". La Nouvelle Critique, n°101, février 1977 Introduction à la journée de discussion organisée par la revue mi-octobre 1976 à Avignon. Ce qui, dans notre diversité, nous réunit en Avignon, pour une fois lieu non symbolique, mais commode, puisque nous travaillons (animateurs, chercheurs, créateurs, enseignants) en Languedoc et en Provence, c’est un engagement, donc beaucoup d’interrogations. D’autant plus mal formulées que l’idéologie dominante peut les rendre informulables. Ainsi... [Lire la suite]