03 octobre 2018

Désanat et la modernité : le chemin de fer

Alors que Gelu vilipende "le progrès" et se lamente devant l'énorme bouleversement occasionné par les innombrables grands travaux du nouveau Marseille - "Marseille n'est plus Marseille" -, Désanat est bien représentatif de cette acceptation réjouie de la modernité, qui est celle du Marseille commerçant et industriel. Un exemple entre cent : son salut aux chemins de fer, dans son hebdomadaire Lou Bouil-Abaïsso (1er février 1845). On n'y cherchera évidemment pas de la grande poésie. Il s'agit de toucher par l'information "normale" un... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 02:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 août 2018

Désanat et l’armée d’Afrique

  Dans son hebdomadaire entièrement en (mauvaises ?) rimes provençales, Lou Bouil-Abaïsso (28 àctobre 1845), Désanat, l’ex forgeron devenu courtier marron à Marseille, met une fois de plus sa verve provençale au service du pire nationalisme français.Alors que dans la presse nationale, des voix commencent à s’élever contre les crimes de guerre commis par l’armée française lors de sa conquête, alors inachevée, de l’Algérie, et notamment l’action des colonnes infernales, l’enfumage mortel de populations civiles réfugiées... [Lire la suite]