10 décembre 2018

Victor Gelu au Collège de France

Le Nouvelliste, quotidien du soir de Marseille, publie le 28 janvier 1864 un article du professeur de lettres du lycée François Tamisier [1817] « VICTOR GELU au collège de France Victor Gelu, notre chansonnier provençal, vient d’obtenir au Collège de France un beau et légitime succès. Veouzo Mègi, une des plus belles compositions de notre compatriote, a été lu, commenté, traduit par l’éminent professeur de littérature étrangère du Collège de France, M. Philarète Chasles, aux applaudissements d’une auditoire de huit cents... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 00:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

17 novembre 2018

Lou Cassaire

  présentation du journal       En 1862, la Félibrige (né en 1854) s'organise véritablement, en établissant, - véritable académie régente de la langue et de sa graphie -, un nombre restreint de membres, répartis en sept sections. L'entreprise est cruellement critiquée par les troubaires marseillais regroupés autour de l'hebdomadaire Lou Cassaire. Vous lisez ci-dessus un exemple de ces amabilités, avec les premiers couplets d'un long développement très agressif . En réponse, les félibres rhodaniens... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 00:24 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
11 novembre 2018

Louis Jourdan, préface aux Scènes provençales de Sénés La Sinse

Cliquez ci-dessous : Jourdan__pr_face___S_n_s
Posté par rmerle à 00:38 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
09 novembre 2018

Lettre en provençal de Louis Jourdan à Sénés dit La Sinse

   Cliquez ci-dessous : Jourdan_lettre___La_Sinse
07 novembre 2018

1908, inauguration à Toulon du buste de Sénés dit La Sinse

  En 1908, à l’occasion de l’annuelle Santo Estello félibréenne, dont la très active Escolo de la Targo (voir sur ce blog) avait obtenu la tenue à Toulon, fut inauguré le buste de Sénès dit La Sinse, mort l’année précédente. Sur la photo, on voit le maire Marius Escartefique (ce nom au parfum quelque peu érotique ne s’invente pas !) prononcer son discours. Le son nous manque, mais c’est en bon provençal qu’Escartefigue, Marseillais devenu Toulonnais, salua la mémoire de l’auteur des Scènes de la vie provençale, Toulon,... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 00:26 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,
11 octobre 2018

"L'ouvrier syndiqué" et "la Sartan", Marseille 1891

Cf. :  "L'ouvrier syndiqué" (Marseille) et le provençal On a pu voir dans l'article cirté ci-dessus quelle place, des plus modestes, peut tenir le provençal dans le bulletin de l'Union des chambres syndicales des Bouches-du-Rhone et de la toute jeune Bourse du travail de Marseille, avec la publication en mai 1891 d'un poème sur la grève des mineurs.Or même année est l’année de la création (mai 1891) d’une véritable publication populaire en provençal, La Sartan, journaou populari su lou fué cade dissato. Son créateur et... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 00:50 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 octobre 2018

"L'ouvrier syndiqué" (Marseille) et le provençal

Un des axes de ma recherche sociolinguistique a été le rapport entre le mouvement ouvrier naissant, puis s’affirmant après le train de loi du début des années 1880, et la réalité linguistique d’un prolétariat autochtone, « patoisant », de plus en plus grossi par des courants migratoires divers et variés. J’ai abordé la question tant en domaine francoprovençal qu’en domaine provençal, varois notamment. Mais il était particulièrement intéressant d’aller voir dans le grand port, Marseille, fief des Troubaïres populaires. En... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 00:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,
03 octobre 2018

Désanat et la modernité : le chemin de fer

Alors que Gelu vilipende "le progrès" et se lamente devant l'énorme bouleversement occasionné par les innombrables grands travaux du nouveau Marseille - "Marseille n'est plus Marseille" -, Désanat est bien représentatif de cette acceptation réjouie de la modernité, qui est celle du Marseille commerçant et industriel. Un exemple entre cent : son salut aux chemins de fer, dans son hebdomadaire Lou Bouil-Abaïsso (1er février 1845). On n'y cherchera évidemment pas de la grande poésie. Il s'agit de toucher par l'information "normale" un... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 02:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
23 juillet 2018

Louis Jourdan et la poésie provençale - Margarido (2)

Voici la très significative introduction de Louis Jourdan au grand poème provençal de Marius Trussy, Margarido, publié en 1861 : "Je ne veux point analyser froidement et en vile prose ce poème que vous allez lire, que liront avec plaisir ceux-là même qui ne sont point familiarisés avec cette belle et harmonieuse langue provençale. Je préfère vous parler de cette langue elle-même, de cette glorieuse vaincue, destinée à mourir, et qui, avant de succomber, comme pour attester sa puissance, crée en quelques années deux grands poèmes,... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 22:35 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
23 juillet 2018

J.H.Fabre et la cigale

Reçu de l'ami Jean Jarry le message suivant : "Comme promis voici un petit texte en provençal à savourer. O ramaissaire de dardeno, Det croucu, boumbudo bedeno Que gouvernas lou monde emé lou coffre-fort, Fasès courre lou bru, canaio, Que l'artisto jamai travaio E dèu pati, lou bedigas Teisas-vous dounc: quand di lambrusco La Cigalo a cava la rusco, Raubas soun bèure, e pièi, morto, la rousigas.   ( Ô ramasseurs de liards, Doigts crochus, bombées bedaines Qui gouvernez le monde avec le coffre-fort, Vous faites... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 22:11 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,