23 juillet 2018

Lanquan li jorn...

Le début de ce poème du troubadour Jaufre Rudel a toujours été cher à mon cœur (une des graphies connues) : Lanquan li jorn son lonc en may M'es belhs dous chans d'auzelhs de lonh, E quan mi suy partitz de lay, Remembra'm d'un' amor de lonh. Vau de talan embroncx e clis Si que chans ni flors d'albespis No-m valon plus que l'yverns gelatz.
Posté par rmerle à 02:01 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

23 juillet 2018

Li nivo èron si coumpagno - André Chamson

Le Cévenol et protestant Chamson n'avait jamais oublié de lier sa foi à sa langue natale et à l'épopée camisarde. Li nivo èron si coumpagnoE li roucas di paiòu,Quand, i calo di mountagno,Dins lou païs Cevenóu, Cambo lèsto, closco duro,Pèd de ferre, man seguro,De la valengo à l'auturo,Se bendavon li Raiòu. D'aquéu tèms, sus li grand mourre,De l'uba fin qu'à l'adré,Sènso bàrri, sènso tourre,Li pastre se fasien dre. Qu'un Rèi vous mande de mèstre,Rèsto libre quau vòu l'estre,Quau aparo soun campèstreEmé soun cors pèr paret. ... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 02:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 juillet 2018

Nostradamus

On sait que dans la multitude de quatrains prophétiques des Centuries, Nostradamus (1503-1566), tout provençal d’origine qu’il était, s’il a semé de mots provençaux nombre de quatrains en français, n’a donné que deux quatrains en langue d’Oc (dont des érudits pensent qu’ils peuvent devoir à Auger Gaillard). Voici celui des Centuries IV – 44 : “Deux gros de Mende & de Roudés & Milhau / Cahours, Limoges, Castres malo sepmano /
De nuech l’intrado, de Bourdeaux un cailhau / Par Perigort au toc de la campano.” Mais c’est... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 01:59 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 juillet 2018

Casimir Dauphin, Lei vieils camins – 1860

  Fuyant l'Empire du Coup d'État, et exilé en Êgypte (où il occupait une haute situation), le démocrate toulonnais Casimir Dauphin n'avait jamais oublié son pays du Haut-Var : Graphie de l'auteur   Lei vieils camins, lei vieilleis drayos ; Nostreis anciens a ped descaou, Leis avient fa per frès, per caou, Senso nivèou, senso muraillos. Qué dé génératiens a fougut en camin Per jougnè douas countrado ; Qué dé désespéras, oou bout de la journado, Si sount coucas su terro, ant plus vis lou matin. Qu soou cè qu'ant... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 01:58 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,
23 juillet 2018

L'ouro d'espèr - Nouno Judlin

  Un beau texte de la poétesse félibréenne Nouno Judlin L'ouro d'espèr   L'ouro d'espèr vai pica, en van la pos suplica, siés souleto, bèn souleto. Lou silènci es alentour, que te plouro un dòu d'amour. Siés souleto, bèn souleto, freirejant emé la mort, espampairis de bèus ort, e tant palo que siés talo qu'uno qu'à plus set de res. Inguènt, baume n'i'a plus ges que soulage lou sòuvage patimen de toun mau-cor. 'n'autro peno es en accord, 'me ta peno, e vous meno tòuti dous en rudo man. Quau saup,... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 01:57 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,
23 juillet 2018

Pâques avant les Rameaux !

Un éditeur du Puy de Dôme publia en son temps cette carte postale, dont je ne sais s’il faut la prendre en simple plaisanterie ou en dérision méprisante :« Un mariage en Auvergne » La légende « patoise » est donnée sans traduction :« Las fouait Petchai d’avant lu Raipans » (Ils ont fait Pâques avant les Rameaux)

23 juillet 2018

À propos des Serments de Strasbourg

Un ami vient de me parler, une fois encore, du présumé texte français. Il venait de lire dans le très bel ouvrage de Pascal Quignard, Les larmes, Grasset, 2016, p. 122, et me demandait mon avis : « À mi-chemin, dans la plaine glacée, le vendredi 14 février, à la fin de la matinée, les deux rois et les chefs - les ducs des tribus - portent solennellement un serment de paix entre eux et concluent devant Dieu un pacte d'entraide - maléficiante, sacrée - contre Lothaire. C'est alors que, le vendredi 14 février 842, à la fin de la... [Lire la suite]
23 juillet 2018

Sauvaigo sus Niça

Existís una vila que li dison Niça (amb una ç), desmemoriada, vulgara e pretensiosa, una vila de cartolina e de banalitats toristicas. Se galamina sus la plaja coma una cortisana, a renegat son passat e sos eròis, Catarina Segurana, los barbets, Garibaldi. Es la sola visibla, mas es pas la vertadièra. La vertadièra, aquò’s Nissa (amb doas ss). Joan-Luc Sauvaigo se fa « lo guida dau viatjaire fantasmonauta, per escrutar en darrier la vila dau real, aquela ‘’maion dei pantais’’ cubèrta d’ex-vots, e que la fervor non es estada abrogada... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 01:53 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
23 juillet 2018

Un poème de Philippe Gardy

J'extrais du recueil de Philippe Gardy, Montpelhierencas (L'aucèu libre, 2014), ce poème, dans l'espoir qu'il vous incitera à découvrir l'ouvrage d'un de nos plus grands poètes occitans contemporains : Sant Pèire Dins lo groüm dei fuelhas presonieras dau vent la memòria ven nusa s'esparpalha e se'n vailo temps i es pas qu'un nis sens aucèus nimai vidas lo temps s'i fai que pèrlas e calhaus d'escurina un grand gorg de flors secas e d'estelum poirita paupas lo silenci i cèrca quinei mans traucaràn un camin per dedins lei... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 01:52 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,
23 juillet 2018

La guerre de 14 en occitan - Me fas cagà

Les éditions Ampelos [ http://editionsampelos.com ] viennent de publier un passionnant témoignage qui d'une certaine façon démystifie l’outrance nationaliste de la célébration de 2014, Me fas cagà. La guerre en occitan : il s’agit des lettres en occitan languedocien (graphie de l’auteur, sans traduction) adressées par Louis Bonfils, un jeune militaire originaire de Montpellier à un proche ami, soldat lui aussi, Pierre Azéma. Louis Bonfils, né en 1891, a donc 23 ans lors de la déclaration de guerre. On peut légitimement... [Lire la suite]