11 avril 2017

Casimir Dauphin, Lei vieils camins – 1860

  Sur Dauphin, cf. « De Casimir Dauphin l’ouvrier cordonnier à Dauphin Bey. Sur l’armée d’Afrique et l’armée de répression civile (poème en provencal) »  http://archivoc.canalblog.com/archives/2014/10/17/30741734.html L'ouvrage est dédié à Charles Dupont. Sur Dupont, cf. : « Charles Dupont – Biographie, interventions provençales en 1849-1850 »http://archivoc.canalblog.com/archives/2014/10/30/30862364.html   Graphie de l'auteur   Lei vieils camins, lei vieilleis drayos ; ... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 14:51 - - Permalien [#]
Tags : ,

14 février 2016

Desanat et l'usine Taylor, Marseille 1845

  Il a souvent été question sur ce blog de l’hebdomadaire entièrement rédigé en vers provençaux que publia à Marseille le courtier Desanat : Lou Bouil-Abaisso (voir les occurrences de ces deux noms) de janvier 1841 à août 1842, puis de janvier 1844 à mars 1846. Dans cette publication qui accueillit nombre de rimeurs et rimailleurs provençaux, languedociens et dauphinois, Desanat tenait chronique de l’actualité marseillaise. Libéral en politique, partisan déclaré du progrès industriel et de la modernisation de la cité,... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:14 - - Permalien [#]
02 février 2016

Un texte de la Sinse, Toulon 1872

J'évoquais dans le billet précédent ces petites feuilles irrégulièrement périodiques qui firent florès à Toulon à la fin du Second Empire et aux débuts de la Troisième République, qui recrutaient leurs rédacteurs et trouvaient leur petit public dans une petite bourgeoisie cultivée encore bien immergée dans la réalité populaire. Le succès des savoureuses pièces de la Sinse et de ses homologues y tient à ce rapport à la fois distant et amusé à l'égard du "petit peuple" urbain encore grandement provençalophone et bien loin des ambitions... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 04:17 - - Permalien [#]
Tags : ,
28 février 2015

Un sonnet de Bellaud de la Bellaudière

Lous Passatens de Louys de la Bellaudiero, Gentil-Homme Prouvenssau, Mes en sa luzour, par Pierre Paul, Escuyer de Marseille. A Marseille, 1595.(Pierre Paul, oncle par alliance de Bellaud, avait recueilli la plus grande partie de la production poétique du neveu, décédé en 1588. En hommage au premier consul indépendantiste marseillais Charles de Cazaulx, il en publie trois volumes en 1595, alors que la première imprimerie vient de s’installer à Marseille.Bellaud évoque ici un voyage qu’il doit faire à Paris. Graphie originale. ... [Lire la suite]
26 février 2015

Eugène Garcin, Lou Sang

On peut lire dans le Roumavagi deis Troubaires (voir articles précédents) ce magnifique poème humaniste et pacifiste du tout jeune enseignant et militant républicain Eugène Garcin [né en 1831], qui prend encore plus de relief au moment où Napoléon III engage la France dans de sanglantes aventures guerrières. " Parlar d’Alleins. LOU SANG. [Alleins est une localité proche de Salon] Sine sanguinis effusione non fit remissio. Se lou sang rajo pa, l'y aura gis de pardoun. (SAN PAU i-z-Hebru, IX, 22.) Uno aùro a boufa su moun... [Lire la suite]
Posté par rmerle à 05:38 - - Permalien [#]
Tags : , ,
01 février 2015

Presse varoise et provençal – Quid novi ?

Le Carillon, 16 janvier 1870 Quid novi > qué nòvi ! Bel exemple de latinisme dans notre provençal maritime populaire. Mais venons-en à la presse. Quand j’ai écrit Les Varois, la presse varoise et le provençal, en 1996, je ne disposais pas évidemment des trésors que nous offre progressivement Gallica. Et les collections toulonnaises dépareillées ne permettaient pas toujours d’avoir une vue complète sur des séries que la lenteur et la difficulté d’obtention de la B.N ne permettaient pas toujours de combler.Je signalais... [Lire la suite]

29 janvier 2015

Louis Jourdan et la poésie provençale. Margarido (1)

Dès la parution de Mirèio, en 1859, le journaliste Louis Jourdan avait donné son opinion sur la réalité et l'avenir de la poésie provençale. Toulonnais d'origine, et bon pratiquant du provençal (cf. sur ce blog l'usage politique qu'il en fit en 1847 à Toulon), le polygraphe Jourdan est alors fixé à Paris, où il est une figure de la presse moderne (républicain de cœur, saint simonien, il est lié au banquier Millaud, propriétaire du Petit Journal. Cf. articles précédents). Il est intéressant de connaître sa réaction à une œuvre... [Lire la suite]
18 janvier 2015

Fin de l'entreprise du Roumavagi deis Troubaires

Roumavagi deis Troubaires - Recueil des poésies lues ou envoyées au congrès des Poètes provençaux, tenu à Aix, le dimanche 21 août 1853 ; publié par J.-B. Gaut, Secrétaire du Congrès. Aix, Aubin ; Paris, Garnier frères ; Marseille, Boy. MDCCCLIV. En introduction à son Roumavagi, Gaut écrivait au début de l’an 1854 (cf. article précédent) : " Il paraîtra, dans les premier mois de cette année, un second volume intitulé: La Soupado deis Troubaires, qui se composera de toutes les poésies produites ou envoyées au banquet... [Lire la suite]
15 janvier 2015

Roumavagi deis Troubaires - d'Astros

Roumavagi deis Troubaires - Recueil des poésies lues ou envoyées au congrès des Poètes provençaux, tenu à Aix, le dimanche 21 août 1853 ; publié par J.-B. Gaut, Secrétaire du Congrès. Aix, Aubin ; Paris, Garnier frères ; Marseille, Boy. MDCCCLIV. Voici le discours d’ouverture du vénérable et respecté docteur d’Astros, membre d'une vieille famille aristocratique varoise, fixée dans la capitale provençale, et poète provençal à ses heures (sur d’Astros, voir sur ce blog). Bel exemple du patriotisme linguisitique, et... [Lire la suite]
14 janvier 2015

Roumavagi deis Troubaires, préface

J’ai réouvert mon vieil exemplaire bien fatigué du Roumavagi deis Troubaires - Recueil des poésies lues ou envoyées au congrès des Poètes provençaux, tenu à Aix, le dimanche 21 août 1853 ; publié par J.-B. Gaut, Secrétaire du Congrès. Aix, Aubin ; Paris, Garnier frères ; Marseille, Boy. MDCCCLIV. Saine lecture que ce recueil hétéroclite, où l’on trouve le pire et le meilleur, qui capitalisait une désormais abondante production « littéraire » provençale, mais aussi languedocienne et alpine.Chacun peut y... [Lire la suite]