Capture d’écran 2018-09-07 à 20

 

Dans le bi-hebomadaire communiste Rouge Midi, 10 mai 1938, le chroniqueur provençal, sans doute un des dirigeants du foye félibrée progressiste Lou Calen de Marseille, dont nous avons déjà parlé dans les articles précédents, affirme son soutien aux républicains espagnols, et particulièrement avec les Catalans. Lou Calen avait noué des liens étroits avec les républicains catalans, alors que certains dirigeants du Félibrige, comme Maurras avaient plutôt  mis leurs espoirs... dans le Franquisme.
Une terrible condamnation du Parti socialiste et de Blum, plus violente en provençal que le journal ne le faisait en français. 

" Boufado d’en Prouvènço

Un Catalan nous parlo

Cent an lei Prouvençau, cent an lei Catalan si soun partaja l’aigo e la sau e lou pan, a canta l’ilustre F. Mistral, pèr ben marca davans lou monde qu’erian dous pople fraire. Adounc, Prouvençau, escoutas ce que Fermin Vergès, dins la « Revista de Catalunya » de janvié, dis, toucan la guerro qu’ensaunousisse l’Espagno despuei mai d’un an. Pouescon sei paraulo vous desliéura dei gaz asfisssiant de la prèisso capitalisto qu’estoufo, per aro, lou  judici dei Francès.

« Devèn declara roundamen que lou parti soucialisto francès, e d’uno maniero especialo Leoun Blum, soun esta funeste à nouesto causo. Lou jour que si pourra escriéure menudieramen uno brigo tant soulamen de ce que s’es passa’n d’aquéu poun, la gent si trufara me boueno resoun.

L’U.R.S.S apourtè à l’Espagno sa coulabouracien mouralo e materialo per soulidarita e pèr counvicien que l’Espagno defendié la pacho franco-souvietico. Que darrié la butado faissisto contro la Republico espagnolo l’avié l’entencien de Roumo e de Berlin d’enfounça la pacho franco-souvietico e, paralelamen à l’ajudo à Franco, von Ribbentropp èro manda à Loundre pèr entriga contro l’entendudo de l’Anglo-terro e de la Franço, es à dire pèr que l’Anglo-terro metesse coumo coundicien à soun ajudo à la <Franço, l’anulacien de la pacho franco-souvietico.

La poulitico angleso – nous va fau esplica – es estado d’un noun-intervencionnisme paréiau, soustengu tèsto aquito em’uno inteligènci remarcablo. Nous a douna de bouen counsèu ! coumo, per eisèmple, aquéu de retira l’escadro qu’avian à Tanger afin « d’evita de counflit ». Efetivamen, s’evitèron lei counflit, tambèn Franco carrejè dou Marro dé milié de Mourou. La creacien e lou desvouloupamen dou coumitat de « noun-intervencien » passara, dins l’istori, coumo un ourganisme prouvidénciau… per Franco e seis alia. Perqué va remembra ? Perqué fau saupre que, darnié d’aquelo poulitico, l’avié lou plan d’un group pouderous de counservadou que voulien, de touti lei biais, arriba’n d’un acord emé l’Alemagno pèr dessubre de la poulitico franco-souviético. Gueira souto aquestou prismo quauquei fa, gaire coumprensible, mi semblo que s’esclargis soun vo, dou mens, que s’esplicon foueço miés qu’emé d’autreis argumen. »

Es perqué va crési qu’au tengu à douna la paraulo en d’aquéu cambarado que coumbate pèr nautrei.

Jan lou cambalaire."