Un des axes de ma recherche sociolinguistique a été le rapport entre le mouvement ouvrier naissant, puis s’affirmant après le train de loi du début des années 1880, et la réalité linguistique d’un prolétariat autochtone, « patoisant », de plus en plus grossi par des courants migratoires divers et variés. J’ai abordé la question tant en domaine francoprovençal qu’en domaine provençal, varois notamment. Mais il était particulièrement intéressant d’aller voir dans le grand port, Marseille, fief des Troubaïres populaires.

En avril 1887 naissait L’Ouvrier Syndiqué, organe officiel de l’union des chambres syndicales ouvrières du Département des Bouches-du-Rhône.
Ce mensuel, dédié à la lutte pour les droits des travailleurs, se dit fièrement « exclusivement rédigé par des ouvriers », et n’utilise, bien évidemment, que la langue nationale que ces travailleurs sont fiers de posséder, à l’égal des représentants du patronat. C’est à la fois un organe de documentation, notamment légale, d’échange entre les diverses chambres syndicales, et d’ouvertures sur la situation nationale.
L’heure n’est pas à la littérature.
Ainsi, en novembre 1887, le journal répond à « M. Pitance, à Marseille. Votre poésie ne peut trouver place dans les colonnes de notre organe qui est avant tout le journal des revendications des Syndicats ouvriers. »
En janvier 1889 cependant, la publication modifie son point de vue.

« Petite Muse Ouvrière.
Sous ce titre, nous nous proposons de publier les essais littéraires que voudront bien nous communiquer les travailleurs syndiqués et qui se rapportent à l’étude des questions sociales et économiques.
Autant que possible, nous engageons nos collaborateurs-poètes à s’inspirer, pour la forme et la tournure, des règles quo ont été si savamment décrites dans l’Art poétique de Boileau.
Nous inaugurons la Petite Muse Ouvrière par les deux poèmes suivants :

L’OUVRIER MINEUR

Le mineur dès qu’il est né
Trime et souffre.
C’est le séjour du damné
dans un gouffre… » etc.

Ainsi, à des intervalles irréguliers, le bulletin publiera des poésies sociales de dénonciation et de revendications, poésies françaises s’entend.

Capture d’écran 2018-10-06 à 20

Il faut attendre le 15 mai 1891 pour voir apparaître un texte en provençal, sans autre justification de langue, preuve s’il en est que le provençal sans traduction apparaît compréhensible naturellement aux lecteurs de L’ouvrier syndiqué :

 

Capture d’écran 2018-10-06 à 20

 

« LA GREVO doou MINEUR

Cadun èro servi : maï la part tant maïgretto

qué vous fendié lou couar. Dins la simplo chambretto

nuso dé pinparié, senso moblé, un pliant

si sentié la doulour ; - et lou pichoun enfant

qu’à peino bajaquavo en clapoutan l’assietto,

démandavo dé pain. Es l’âmo ben inquiéto

qué lou païré, un vieillard, acampavo sa fan

m’un pichoun rousigoun, en tout doueï liard dé pan.

La maïré, tristament, qu’uno larmo estoufavo,

prochi de l’enfantoun, gémissié, n’en plouravo.

L’avié prochi d’un mès qu’à touti leis répas

éro ensin e pas maï. Maougra dé rudé bras

lou vieillard, un vieillard oou busté enca soulidé

coumo leïs coumpagnoun plugavo, e ben perfidé

que siègué lou bèsoun per fa juga la dent

si serravoun lou cran – l’hounour – la fan ès ren

disié lou paouré ouvrier……………………….

 

Et coumo ensin parlavo,

 à soun tour éou tant ben un sanglot l’estoufavo.

ès gounflé d’émoutien qu’en li prènen la man,

li dounavi dé qué per nourri soun enfant,

en li dian : « Bernardot, la pacho a fa la trèvo,

per lei vieï coumo vous aven féni la grèvo

car sabian qu’à l’oustaou maï d’un per resista

per nourri la famillo ourié périclita ! »

Et coumo aviéou fèni ma dernièro paraoulo

Bernardot coum’un lien mé lou poung su la taoulo

si drisso coum’un lan ém’un gestè furièou

lou regard esgara : « Faïré trèvo per ièou ?...

ô jamaï leis amis… e surprès dooù déliré

visiéou, voulié parla, mai sabié qué n’en dirè

Seis paoureis chèvu blanc su l’humidé carrèou

toumbavoun dé sa testo… enfin, èro hors d’èou…

lou tenièou… Bernardot ?...

 

              Es vraï ! paouro famillo,

ma frumo, moun enfant, oou soou, su dé guénillo ;

et lou corp tout blési dé tant dé privatien,

l’esprit men agita, préniè respiratien.

Si visié din seis ui, la fouguo, la coulèro,

tout en senten lou couar, la tendresso doou pèro ;

coumo leïs coumpagnoun foulié capitula

si soumettré eis rigour et soun dret l’ooublida.

 

Qué dé paoureis ouvrier sount à la memo ensigno !

Coumo lou pin planta qué fa poussa la pigno,

à touti leis saisoun, balouta per lou vent.

foou fléchi per la fan… lou ventré entendè ren !

Et diré qu’à plaisi leïs grand dé l’ooupulanço

dé la susour doou front deïs aoutré fan boumbanço,

si billoun crânament en si carrant leïs flan

per elli tout ès bouen, travail d’homé, d’enfant

pourvu qu’à seïs boussoun li résouné maï l’ouesto

qué li fa qu’à l’ouvrier li sayoun uno couesto ?

ou bésoun que li fa qué quitté l’atelier ?

la fan fouillo partout, mounto leïs escalier.

Touto cavo a qu’un temp ; per crusa tant lou goufré

et vouguè lou crusa per qué lou poplé soufré,

coum’un coou dé canoun arribo qu’un matin

aquelli qu’an crusa se li trovoun dédin.

CARLO,

des caissiers-lavetiers. »

[fabricants de caisses, cageots et cagettes]

Le texte, dont je ne discuterai pas ici la qualité ou l'abscence de qualité littéraire, fait manifestement référence à la grève des mineurs du bassin de Denain, en 1884 : au bout de 55 jours de grève contre la dégradation de leurs conditions de travail, les mineurs et leurs familles pleurent misère ; l’armée occupe les carreaux de mine et les arrestations se multiplient, suivies de licenciements qui réduisent à la mendicité. La rage au cœur, les grévistes ont dû cesser leur mouvement. Il reprendra en 1891.

Chacun pourra transcrire ce texte dans la graphie de son choix, occitane ou mistralienne. Ce sera un excellent exercice pour qui parle vraiment provençal. Carlo lui devait bien parler provençal, et le restitue dans sa réalité du temps, vivant et mêlé de francismes assumés. Sa graphie (celle de beaucoup de troubaïres), on le voit, s’en tient à une graphie « phonétique » à la française, sans trop de souci des signes grammaticaux non prononcés. Carlo ignore manifestement la graphie mistralienne en vigueur depuis 1854, et ne se soucie pas de la graphie dite étymologique utilisée par une minorité de troubaïres. J’y reviendrai bientôt.