Mai 1855, aux côtés de la Grande Bretagne et de l’Empire ottoman, la France est engagée, en Crimée, dans une sanglante guerre contre la Russie. L’opinion française comprend d’autant moins cette guerre (dont les objectifs lui échappent), qu’elle est menée aux côtés de l’ennemi traditionnel britannique. Victor Gelu écrit alors une de ses plus belles chansons, la plus belle peut-être, cri contre cette guerre d’une mère, d’une veuve à qui l’on enlève son fils : Veouzo Mègi.
Elle est publiée pour la première fois dans la réédition augmentée de ses Chansons provençales en 1856.

Je l’ai entendue pour la première fois chanter dans le revival occitaniste des années 1970, par Frédéric. L’enregistrement qui suit date de 1977.

Frederic canta Victor Gelu

 

 Voici les premiers couplets ; la traduction est de Gelu, qui insiste bien sur le fait qu’elle ne peut rendre la force, l’énergie et la saveur de l’original.

 

Eier as passa la reformo : 

Avian degun per n'ajuda, 

Cadé : sies basti din lei formo ; 

As tira trege, é sies sorda! 

Lei coucho-buou, su nouestei terro, 

Fan soun rabai per la tuarié ; 

Li vas garni sa boucharié, 

Moun bel agneou ; vas à la guerro, 

Paga l'impos dé ma misèro ! 

Dien qu'es la lei: affrouso lei 

Que cresto mai tan dé famïo ! 

L'aboulissé, noueste bouen rei ; 

Si suivié plu dedin Marsïo ! 

Es pa la lei : es uno ourrour ; 

Es un decrè dé l'Amperour ! 

Es lou couteou dé la tripièro

Oou couar dei mèro ! 

 

Hier tu as passé à la réforme: 

Nous n'avions personne pour nous aider, 

Cadet : tu es bâti dans les formes ; 

Tu as tiré treize, et tu es soldat ! 

Les chasse-bœufs, sur nos terres, 

Font leur rafle pour la tuerie ; 

Tu vas leur garnir leur boucherie, 

Mon bel agneau ; tu vas à la guerre, 

Payer l'impôt de ma misère !  

Ils disent que c'est la loi : affreuse loi  

Qui châtre encore tant de familles ! 

Il l'abolit notre bon roi ;  

Elle ne se suivait plus dans Marseille !... 

Ce n'est pas la loi : c'est une erreur ;

[la traduction de Gelu esquive la censure : « ourrour » c’est bien « horreur », et non « errour », « erreur »]

C'est un décret de l'Empereur ! 

C'est le couteau de la tripière 

Au cœur des mères !

 

Oou bou dé vounze an dé mariagi, 

Toun pèro, en mouren, m'a leissa 

Sèt orfelin doou pu bas iagi 

Senso uno pielo din lou sa. 

Ai esenta per privilegi 

Toun einè, lou garo-bouen-ten, 

E vui, Cadé, tu moun soustien, 

Ti venoun prendre à veouzo Mègi ! 

Mi n'es mouar cin ; saouvi lou piègi !... 

Dien qu'es la lei : affrouso lei, etc... 

 

Au bout de onze ans de mariage, 

Ton père, en mourant, m'a laissé

Sept orphelins du plus bas-âge 

Sans une pile dans le sac. [« pile », le bon côté de la pièce de monnaie]

J'ai exempté par privilège 

Ton aîné, le Roger Bon-temps, [« mauvais sujet fieffé » dit Gelu].

Et aujourd'hui, Cadet, toi mon soutien, 

Ils te viennent prendre à veuve Mégi ! 

Il m'en est mort cinq ; je sauve le pire !... 

Ils disent que c'est la loi : affreuse loi, etc... 

 

Quan leis avesque, aprè la messo, 

Oou noum d'un Dieou enverina, 

Vènoun benezi la jouinesso 

Qué parte per s'entresoouna ; 

Quan nou cantoun sei merevïo, 

S'a ben gaffouia soun sadou, 

Coumo un chin dé l'adoubadou, 

Din lou san jusqu'à la cavïo, 

Suzoun, qué plouro, es uno empïo !... 

Dien qu'es la lei : affrouso lei, etc... 

 

Quand les évêques, après la messe, 

Au nom d'un Dieu envenimé, 

Viennent bénir la jeunesse 

Qui part pour s'entr'égorger ; 

Quand ils nous chantent ses merveilles,

Si elle a bien barbotté tout son saoul, 

Comme un dogue de l'abattoir, 

Dans le sang jusqu'à la cheville, 

Suzon, qui pleure, est une impie !...

Ils disent que c'est la loi : affreuse loi, etc... 

 

Oou pounchoun dé ta baiounetto, 

Pitan la glori per broumé, 

Ei gouapou vas faire esquinetto 

Senso gagna un troué dé plumé. 

Sé, doou plan-pè dé la canaio, 

Eis oouturo dé l'embicien 

N'escalo vun su d'un millien, 

Lou forniguié dé la pessaio 

Resto bordïo dei bataio...

Dien qu'es la lei : affrouso lei, etc... 

 

A la pointe de ta baïonnette, 

Mordant sur la gloire pour amorce, 

Aux huppés tu vas faire la courte échelle 

Sans gagner un tronçon de plumet. 

Si, du plein-pied de la canaille, 

Aux hauteurs de l'ambition 

Il en grimpe un sur un million, 

La fourmilière du fretin 

Reste balayure des batailles... 

Ils disent que c'est la loi : affreuse loi, etc...