dauphin-camins

Sur Dauphin, cf. « De Casimir Dauphin l’ouvrier cordonnier à Dauphin Bey. Sur l’armée d’Afrique et l’armée de répression civile (poème en provencal) »  
http://archivoc.canalblog.com/archives/2014/10/17/30741734.html

L'ouvrage est dédié à Charles Dupont. Sur Dupont, cf. : « Charles Dupont – Biographie, interventions provençales en 1849-1850 »
http://archivoc.canalblog.com/archives/2014/10/30/30862364.html

 

Graphie de l'auteur

 

Lei vieils camins, lei vieilleis drayos ;

Nostreis anciens a ped descaou,

Leis avient fa per frès, per caou,

Senso nivèou, senso muraillos.

Qué dé génératiens a fougut en camin

Per jougnè douas countrado ;

Qué dé désespéras, oou bout de la journado,

Si sount coucas su terro, ant plus vis lou matin.

Qu soou cè qu'ant leissa de sang dessu sei traço

Sei peds enmalaoutis ;

Et qu soou can sount mouart su plaç

Dè fam, deis armos ou deis ooutis.

O vieils camins ! o vieilleis draïo !

Lou tèm, què bouleverso tout,

Dè sa man sèco vous estraïo

Et vous escarfo dè partout.

Senso façoun dins vouastro alluro,

Anavias per bois et per plan ;

Escalant lei coulets ount lou rasin maduro,

Et dins lei vallouns rigoulant,

En v'amourant

A l'aïguo puro.

Puis courrias à l'oumbro dei pins,

Dei grands pins verts ountè lou vent cantavo.

La lavando, la mouffo èmé lei gazouns fins, 

Lisièro què vous parfumavo,

Erount per lou piétoun dè frès et doux couissins.

Coumo encadravias ben entre vouestro broussaillo

Lei rudei campagnards què s'envenient lou souar

Emé leis aïs cargas d'enfants, d'herbos, dè paillo ;

L'aï, què fasiet bramar vouostreis ècho tant fouart.

Encui, lei grandeis routos sount

Largeos, platos, muscadinos,

Nétos coumo un soou dè saloun ;

Lei peds li trovount plus d'espinos.

Et vivo lou camin ferra,

Quand la machino a dèmarra

Vzzt... glisso coumo uno varlope ;

Puis siblo, souflo et vhounn, galopo...

La locomotivo es encui

Lou grand ouvrier dè la planèto.

Fa couré coumo uno lebreto

Lou vieil tèm, qu'emplissié lei distanços d'ennui.

Et l'hommè, esparpailla d'eici, d'eila su terro,

Ba ! disiet oou Levant ; oou Couchant disiet : Bè !

Oou Mièjour : Bi !... Bu ! vers lou Nord... Ebé

Coumo puis voules pas que si fèssé la guerro !

A pèno siblo en jargounant

La vapour, l'ouvriéro nouvello ;

Leissa la faïré : dins soun flanc

Pouorto la lenguo universello.

Foou estré un fénat, un couquin !

Per pas eimar vagouns et grando route ;

Maï aqueou dount lou couar què lou nouvèou derrouto

Regretto pas un vieil camin,

Es un crètin.