Capture d’écran 2016-02-01 à 18

Il a souvent été question sur ce blog de l’hebdomadaire entièrement rédigé en vers provençaux que publia à Marseille le courtier Desanat : Lou Bouil-Abaisso (voir les occurrences de ces deux noms) de janvier 1841 à août 1842, puis de janvier 1844 à mars 1846.

Dans cette publication qui accueillit nombre de rimeurs et rimailleurs provençaux, languedociens et dauphinois, Desanat tenait chronique de l’actualité marseillaise. Libéral en politique, partisan déclaré du progrès industriel et de la modernisation de la cité, Desanat a salué l’implantation de l’usine Taylor, en pointe dans la nouvelle technologie métallurgique des tubes pour chaudières, capitale pour le développement de la marine.

Voici comment il présente dans ses vers de mirliton, le 3 mai 1845, l’initiative paternaliste de l’industriel, et la sage participation des ouvriers.

Desanat, pas plus que Taylor, n’imaginaient certainement pas alors que les ouvriers de l’usine seraient présents en nombre, le fusil à la main, sur les barricades de Castellane, en juin 1848…

1

 

2

3

4