Sans avoir lu ni Freud ni Lacan, mais conscientes de l’angoisse de la castration qui menace tout homme (mâle), nos alertes grands-mères chantaient au nourrisson qu’elles faisaient sauter sur leurs genoux :

S’avètz paur* que lo** gat vos** lo manje,
fretatz lo d’una vena d’alhet
(air bien connu de farandole)

*prononcer : poou
**prononcer : lou, vou