Il est officiellement question officiellement d'une ratification de la Charte européenne des langues régionales. Voici à ce propos la réaction de la Professeure Marie Jeanne Verny et du PCF.

" Especial dedicaça a totes aqueles que me cerquèron de pesolhs, un jorn o l'autre... 
Spécial dédicace à tous ceux (ils se reconnaîtront...) qui m'ont cherché des poux, un jour ou l'autre, et tout récemment encore après les derniers propos imbéciles de Mélenchon sur les langues régionales. 

Lire ci-dessous et en ligne, la déclaration de mon parti sur la Charte. Aucune ambiguïté. La position de soutien adoptée en 1999 est réaffirmée.
Non, je n'ai jamais partagé personnellement les délires nationalistes français de Mélenchon !
J'ajoute que j'ai une explication simple (simpliste ?) de ces délires. 
L'attitude de Mélenchon par rapport à la France, à "sa" langue, à "sa" civilisation, elle tient, paradoxalement du sacré, du religieux, du culte irrationnel. C'est ce que je lui ai dit et écrit à plusieurs reprises. 
Cette attitude religieus
e sur ce point précis le dispense totalement de penser, de s'informer sur la réalité historique, linguistique, culturelle, de la France et du monde. 
J'ajoute que, par les temps qui courent, il n'est pas le seul, hélas, à remplacer l'intelligence, la raison et la culture par le culte des idoles et par l'agitation des épouvantails. 
On a les mêmes chez les occitanistes, avec moins de talent oratoire, qui plus est, lorsqu'ils proclament des soit-disant "valeurs occitanes" 
remontant au Moyen Âge et qu'ils essentialisent la "nation" occitane.

Alors stop au culte des idoles ! 
et commençons, les occitanistes, par balayer devant NOTRE porte.

http://www.pcf.fr/71621


Le PCF favorable à la ratification de la charte des langues régionales

Le président de la République vient enfin de décider de demander au Parlement de réviser la constitution pour permettre la ratification de la charte européenne des langues régionales et minoritaires. Sans en faire l’alpha et l’oméga de notre position sur ce sujet, les communistes qui militent pour la reconnaissance des langues et cultures régionales depuis de très nombreuses années, sont favorables à cette ratification.

Loin de mettre en cause l’unité et l’indivisibilité de la République et l’officialité de la langue française, cette ratification prend une dimension symbolique : contre les tentatives d’imposer l’uniformisation mondialisée de la langue de la finance, elle permet de réaffirmer notre volonté, conformément à la résolution de l’Unesco sur les langues en danger, de préserver et d’enrichir le patrimoine vivant constitué par les quelques 75 langues pratiquées en France. Nous pensons bien sûr aux langues régionales, à celles d’outre-mer mais également aux langues issues des immigrations qui ont contribué au peuplement de la France. Elles font toutes parties de notre histoire comme de notre richesse culturelle. La liberté, l’égalité et la fraternité fondements de notre culture commune prennent tout leur sens quand elles garantissent la reconnaissance et le partage des langues et des cultures diverses qui nous traversent ainsi que leur mise en relation. C’est cela aussi le vivre ensemble.