La FELCO (http://www.felco-creo.org/), fédération des enseignants de langue et de culture d’oc, est à l’origine de cette pétition, adressée au Ministère de l'Éducation nationale, que l'on peut signer sur : 
http://www.petitionpublique.fr/PeticaoVer.aspx?pi=P2015N47607

Avec la réforme annoncée du collège, les langues régionales étaient cantonnées aux enseignements pratiques interdisciplinaires, une heure hebdomadaire. Dans un deuxième temps, le ministère a annoncé que les langues régionales pourraient être enseignées, sur les moyens des établissements, en complément des EPI (enseignements pratiques interdisciplinaires), une heure en 5ème et 2 heures en 4ème et 3ème. Nous sommes bien loin de la loi d'orientation et de refondation de l'école, qui, en juillet 2013, établissait dans la loi des pratiques pédagogiques d'enseignement des langues régionales mises en œuvre depuis des décennies dans l'Education nationale. Au-delà de l'intérêt pédagogique des pratiques interdisciplinaires, quel enseignement linguistique sera proposé aux élèves, avec une heure hebdomadaire en interdisciplinarité? Quels moyens auront les établissements pour proposer cet enseignement d'une heure en 5ème, puis de 2 heures en 4ème et 3ème, si cela doit se faire sur leurs propres dotations horaires? Qu'en sera-t-il dans ces conditions de l'enseignement linguistique et non-linguistique (DNL) proposés dans le cadre des sections bilingues langue régionale : quels moyens, quelle continuité seront garantis ? Il est donc indispensable de garantir l'enseignement des langues régionales grâce à une dotation spécifique aux établissements. De même, il faut garantir l'ouverture de cet enseignement dès la 6ème, pour assurer la continuité de l'enseignement de langue régionale entre le primaire et le secondaire, et revenir dès le début du collège à un horaire hebdomadaire suffisant. En Alsace nous souhaitons que soit garanti le maintien de deux langues en plus du français dans le cadre d'un projet académique et régional de développement de l'enseignement de la langue régionale et du bilinguisme. Les professeurs de langues vivantes régionales enseignent la plupart du temps deux disciplines, ou dans plusieurs établissements : il serait inadmissible que leur temps de service soit partagé entre l'enseignement de leur valence, ou leur service dans plusieurs établissements, et les EPI. Qu'en serait-il alors de l'enseignement des langues régionales? Les EPI doivent venir uniquement en complément de l'enseignement de LVR. Nous refusons que l'enseignement des langues régionales disparaisse en tant que discipline avec la réforme du collège et demandons le maintien et l'amélioration des conditions de cet enseignement.