Almanach du sonnet, Aix-en-Provence, Vve Remondet-Aubin, 1875 (A. de Gagnaud, pseudonyme de l'homme de lettres provençal, régionaliste et félibre, Léon de Berluc Pérussis). Dans cet ouvrage, essentiellement en français, sont glissés quelques textes en langue d’oc.

Quante fiate al moi dolce ricetto

Quant de fes, au dous lio de soulas ounte siéu
Fugènt leis autre, emai iéu-meme, se pòu dire,
Vau bagnant de mi plour lou vert dougan dóu riéu
E roumpènt l’air siau de tant que iéu souspire !

Quant de fes tout soulet, gounflant e pensatiéu,
I rode souloumbrous e sourne me retire,
Cercant en pensamen lou delice de Diéu
Que la mort a rauba, la mort que me desire !

Quouro, en formo de ninfo o d’autro deïta,
Me sèmblo que dóu founs de la Sorgo sereno
Espelis e que vèn en ribo s’asseta ;

Quouro pèr l’erbo fresco à mis iue se permeno,
Trepejant sus li flour coume en realité
E moustrant, à soun biais, que pèr iéu tiro peno.

Frederi Mistral.
Maiano, juliet 1874.