A LA FRANÇO, NOSTO PATRÌO !..

Le 24 octobre 1878, Aubanel prend la parole à l’assemblée des Cigaliers parisiens, un groupement de lettrés et d’artistes majoritairement républicains, dont beaucoup de gauche. Le Félibrige de Mistral et Roumanille a battu froid l’initiative. Il faut dire qu’en 1878, la vraie République vient à peine de s’affirmer, et que, dans les années précédentes, les instances dirigeantes du Félibrige se sont clairement marquées du côté des conservateurs et des royalistes au pouvoir.

À son retour de Paris, Aubanel sera violemment attaqué par Roumanille et consorts. Il avait eu le tort d’aller à l’assemblée de la Cigale, d’avoir mis la création félibréenne en perspective historique (alors que les fidèles de Mistral l’affirmaient sortie du néant par droit de chef-d’œuvre), et surtout d’avoir porté un toast à la patrie française ! Accusé d’avoir trahi la Provence, Aubanel quittera son poste de syndic du Félibrige, sous l’œil froid de Mistral.
Sur cette affaire, il convient de lire Philippe Martel, Les Félibres et leur temps. Renaissance d’oc et opinion (1850-1914), Presses universitaires de Bordeaux, 2010, pp.343 sq.

 

Brinde de Teodor Aubanel, Sendi de Prouvènço à la taulejado parisènco  de La Cigalo, Avignon, Frères Aubanel, 1878

Messiés,

Gramaci di paraulo simpatico que venès de prounouncia. Regrète que touti li Felibre noun fugon eici pèr lis entèndre; mai, coume lou disié esperitalamen l'un di vostre, i'a quàuqui mes, la liuenchour de Prouvènço à Paris es pas soulamen de 800 kilomètre, es subre-tout de 200 franc, e, lou sabès, li pouèto esprovon trop souvènt, pecaire ! la verita d'aquest prouvèrbi, que « tout ço que lus es pas d'or ».
Cresès bèn qu'aquelo resoun e d'àutri dóu meme biais an souleto pouscu empacha la majo part de mis ami de respondre à vosto counvidacioun. N'avèn, certo ! óublida ni lis acourajamen que nous proudiguè la cretico parisenco, à l'aubo de nosto reneissènço, ni la simpatìo qu'à messo de-longo à segui nòsti prougrès.
Sias esta, Messiés, nòstis ajudaire devot emai inteligènt ; avès pouderousamen countribuï au sucès de nosto obro. Me permetrés de traire un cop d'iue rapide sus lou camin trapeja e sus aquéu que nous rèsto à franqui.
L'óuregino dóu Felibrige es estado envertouiado de legèndo, forço pouëtico bessai, mai qu'an agu lou tort de desnatura soun caratère. L'an representa coume espeli un bèu jour, au soulèu de Mai, sènso racino e peréu sènso autro resoun que la fantasié de quàuquis artisto. Nàni, Messiés ! Uno literaturo nais pas ansin.
Lou Felibrige n'es esta qu'un nouvèu noum impausa à-n-uno causo enciano : lou Felibrige es uno renouvacioun, noun uno creacioun. La pouësìo prouvençalo a sèmpre flouri sus nosto caudo terro. Es estado mai o mens trelusènto, segound lis epoco ; a agu si grand jour e sis an de descasènço, si triounfle e sis esclùssi; a pouscu soumiha un pau ; es jamai morto ! e quàuqui fidèu an toujour viha sus lou sacra calèu.
Sènso parla di pouèto prouvençau que, après dous cènts an de silènci, se soun dereviha li sucessour di troubaire: au siècle segen, de Belaud de la Belaudiero, noste Ronsard prouvençau, que sis obro, premié libre estampa en Prouvenço, fuguèron publicado emé li sòu de la Republico de Marsiho ; sènso parla, un siècle pu tard, de Saboly, coumparable à La Fontaine e que si nouvè tant candide emai tant acoulouri soun encaro la regalo di letru e la joio di bràvi gènt ; sènso parla di coumèdi de Brueys, di pouësio de Gros, de Coye, de Pelabon e de tant d'autre, pouden dire que lou Felibrige n'a rèn que posque estouna tant fort ni parèisse tant foro de previsioun.
Nosto escolo, pèr nous oucupa de ço que nous es vesin davalo en drecho rego de l'Escolo marsiheso de 1840. L'avié tambèn alor uno boulegadisso literàri, forço vivènto e brusènto. Lou Bouiabaisso de Desanat, li cansoun de Gelu e li conte de Bellot èron lou grand regòli e lou meiour passo-tèms de tout bon Prouvençau. Roumaniho, Crousihat e la majo part dis encian Felibre an empremi si premié vers dins li papié d'aquéu tèms adeja liuen, e siéu segur que, s'éron eici, renegarien pas aquelo vièio counfraternita.
Mai, à cousta de qualita requisto, li pouèto de l'escolo de Marsiho avien un defaut : aquéu de pas proun respecta la pureta de la lengo. Es acò que lou Felibrige a refourma; es aquelo renouvacioun qu'es estado soun let e sa resoun d'èstre, e que sara l'éterno glòri de Mistral, paire de Calendau et de Mirèio. Souto l'aflat dóu mèstre, lou noumbre, la varieta, la valour dis obro espelido an permés au Felibrige de se crea uno plaço dins l'istòri di literaturo.
Lou Felibrige es adounc la seguido d'uno longo tiero d'obro e de gèsto e noun uno espandido d'asard. Lou Felibrige es uno manifestacioun nouvello d'aquéu sentimen autant vièi que lou mounde, autant eterne qu'éu : l'amour de la lengo dóu brès. Li cansoun que nous an bressa s'óublidon jamai ; lou parla de la bailo e de la maire restountis toujour emé delice au cor fa pèr se souveni e pèr ama. E l'aman, nosto lengo, dóumaci nous dis vertadieramen e poulidamen li causo dóu caire natau ; douço vo energico, l'aman, dóumaci nous parlo de noste cèu en flamo, de nòsti ro crema, e dis oulivié pale, e di mióugranié esbléugissènt, di crau nuso e mudo e di pinedo cantarello. L'aman, nosto lengo, dóumaci mies que ges d'autro a de mot pèr miraia nòsti flume argentau e nosto mar bluio, la grâci de nòsti chato, l'ardidesso de nòsti jouvènt, e sa parladuro es à nòsti bouco coume se bequetavian un fres rasin.
Mai, Messiés, anas me dire bessai: — Que fasès adounc de la lengo franceso ? Queto plaço sara la siéuno?
Ai ! Paure ! Aurai ges de peno à vous respondre : Sa plaço la pren proun touto souleto, e acò nous fai esclafi de rire d'ausi quaucun nous faire seriousamen talo questioun.
Càspi ! Noun sian en soucit de la lengo de Corneille, de Hugo, de Lamartine e de Musset, e crese pas que li cansouneto de l'auceliho miejournalo amosson jamai la voues sublimo d'aquélis aut cantaire que res amiro mai que nautre!
Quàuquis eisageracioun soun estado largado, me dirés bessai. Siegue ! D'imprudènci soun estado coumesso, e d'ùnis ome, que l'on poudié crèire representa lou Felibrige, an assaja de lou coumproumetre. Mai aquéli tentativo, Messiés, an cabussa davans lou bon sen de la majourita di Felibre. Parla puramen lou francés e noun óublida lou prouvençau : vaqui nosto toco, e eici siéu urous de me rescountra em'un di mèstre de la literaturo franceso, emé l'ilustre Villemain que disié : « La France est assez grande pour avoir deux littératures ».
Ansin, Messiés, Francés avant tout, estrangié (en tant que Felibre, bèn entendu) à tóuti li lucho que podon divisa noste bèu païs, aspiran qu'à lega sènso deco à nòstis enfant la douço lengo di rèire.
Aven agu d'abord à la défèndre contro lou bastardige, contro la vielanié, e à la desmuda di roupiho que i'avien presta. Au-jour-d'iuei, tirado dóu mesprés que menaçavo de l'aclapa, la gardan piousamen dins sa raubo de jouinesso e de pureta.
Travaian un pichot jardin, es verai ; mai, que voulés ? Lou rode nous agrado. Aqui, atrouvan ço que regalo lis iue e li labro : de flour vermeialo e de frut de paradis. L'encèns di ferigoulo e di roso nous enauro, lou vin de nòsti souco nous enchusclo, e, se metèn un pessègue à la bouco, cresèn poutouna la gauto flourado d'uno chato.
Messiés, coume nautre poudès tasta la frucho dóu pichot jardin ; sian jamai tant urous que se quacun se coungousto emé li frut qu' amaduro noste soulèu, e nous sara un grand ounour, au-jou-d'iuei emai pu tard, se Moussu lou Menistre de l'Istrucioun publico, que Diéu merci ! es un pau de nosto man et que se ié counèis, s'entorno countènt d'avé tasta, à-n-aquesto taulado franceso, li frut prouvençau qu'avèn adu.
Nosto obro, Messiés, es péréu un pau vosto obro. Sias-ti pas, au restant, nostre de tóuti li cousta ? Miejournau de neissènço, tresanas au resson de nosto lengo ; Parisen d'adóucioun, representas pèr nature la grando ciéuta di letro !
Parisen pèr la lengo, sias resta Miejournau pèr lis idèio, e, souvènti-fes, dins lis obro de mai d'un d'entre vautre, se vèi belugueja lou soulèu de Prouvènço e clareja noste cèu d'azur.
Sian fraire pèr la neissènço, fraire pèr li sentimen, fraire pèr l'amour de l'art ; sian fraire, de mai, per lou prefa que nous sian douna.
La Franço es encaro trafigado, la Franço a de blessaduro que saunon encaro... Eh ! bèn, cigalié, pouèto, ouratour, pintre, escultaire, fasèn-ti pas d'esfors unen pèr l'aubura, pensa si plago, ié rèndre sa forço e sa bèuta ? Qu'enchau la lengo ? Qu'enchau l'óutis ? La questioun es mai auto; es l'amo que fau vèire, e nosto amo es à la patrio, à la Franço!
Nàni, Messiès, es pas davans aquéu meravihous espetacle d'uno vincudo d'aièr que s'aubouro pèr lou travai e la virileta; es pas davans aquéu triounflant succès de l'Espousicioun, que de pensado coupablo poudrien naisse dins une prouvinço franceso. Noun ! en counservant à la Franço uno de si lengo, ié counservan uno de si richesso, uno de si forço. En ensignant à nòstis enfant lou respèt e l'amour de si vilage, i'ensignan lou respèt e l'amour de la grando patrìo.
Messiés, vous demande de vous assoucia à moun brinde, coume se i' assoucion dóu founs dóu cor touti li Felibre de Prouvènço :

A la Franço, nosto Patrìo!