Ce cantique fut écrit en 1875 par le journaliste et futur magistrat Malachie Frizet [1850-1909], à l’occasion d’une fête félibréenne et religieuse, dont le concours poétique comportait un cantique à Notre-Dame de Provence. Il fut mis en musique par le magistrat M.D. Granier et devint rapidement l’hymne de la Provence catholique, et particulièrement, dans ces années qui opposèrent républicains et conservateurs, l’hymne de combat de la Provence blanche.

La Prouvènço te suplico

Dins soun vièi e dous parla,

La Prouvènço es catoulico ;

Nosto-Damo, escouto-la !

 

Refrin

Prouvençau e catouli,

Nosto fe, nosto fe n’a pas fali ;

Canten tóuti trefouli :

Prouvençau e Catouli !

 

Li Felen, coumo li rèire,

Ti saren toujour fidèu ;

Creiren tout ço qu’es de crèire

E viéuren coumo se dèu.

 

Nòsti fiéu, o bono Maire,

Gardi-lèi di faus savènt ;

Mantèn-ié la fe di paire,

Car s’aubouro un marrit vènt.

 

Sousto adounc, o Ciéutadello,

Tóuti li generacioun ;

Piéi acampo o Rèino belle

Tout toun pople dins Sioun.

Prouvençau e Catouli