bertran

Un petit clin d’œil à ceux qui ne voient dans la production poétique des troubadours que gent amour et dévotion à la Dame : un texte bien connu (mais toujours bon à rappeler) de Bertran de Born, (v. 1140 – v. 1215), qui nous renvoie à la brutalité guerrière exposée et revendiquée crûment par ce féodal de Salagnac (aujourdhui département de la Dordogne)
Sur l’auteur, on se reportera notamment aux travaux de l’éminent spécialiste, le professeur Gérard Gouiran.
Parmi les nombreuses traductions proposées, on trouvera ci-dessous celle du professeur Léon Clédat.

 

Be·m platz lo gais temps de pascor,

Que fai foillas e flors venir ;

E platz mi qand auch la baudor

Dels auzels que fant retentir

Lor chan per lo boscatge;

E plaz me qand vei per los pratz

Tendas e pavaillons fermatz ;

Et ai gran alegratge,

Qan vei per campaignas rengatz

Cavalliers e cavals armatz.

 

E platz mi qan li corredor

Fant las gens e l'aver fugir,

E plaz mi, qan vei apres lor

Gran ren d'armatz ensems venir ;

E platz me e mon coratge,

Qand vei fortz chastels assetgatz

E·ls barris rotz et esfondratz,

E vei l'ost el ribatge

Q'es tot entorn claus de fossatz,

Ab lissas de fortz pals serratz.

 

Et atressi·m platz de seignor

Qand es primiers a l'envazir

En caval armatz, ses temor,

C'aissi fai los sieus enardir

Ab valen vassalatge.

E pois que l'estorns es mesclatz,

Chascus deu esser acesmatz

E segre·l d'agradatge,

Que nuills hom non es ren prezatz

Troq'a mains colps pres e donatz.

 

Massas e brans, elms de color,

Escutz trancar e desgarnir

Veirem a l'intrar de l'estor,

E maint vassal essems ferir,

Don anaran aratge

Cavaill dels mortz e dels nafratz.

E qand er en l'estor intratz,

Chascus hom de paratge

Non pens mas d'asclar caps e bratz,

Car mais val mortz qe vius sobratz.

 

E·us dic qe tant no m'a sabor

Manjar ni beure ni dormir

Cuma qand auch cridar: "A lor !"

D'ambas las partz et auch bruïr

Cavals voitz per l'ombratge,

Et auch cridar, "Aidatz ! Aidatz !"

E vei cazer per los fossatz

Paucs e grans per l'erbatge

E vei los mortz qe pels costatz

Ant los tronchos ab los cendatz.

 

Pros comtessa, per la meillor

C'anc se mires ni mais se mir

Vos ten hom e per la genssor

Dompna del mon, segon q'auch dir.

Biatritz d'aut lignatge,

Bona dona en ditz et en fatz,

Fons lai on sorz tota beutatz,

Bella ses maestratge,

Vostre rics pretz es tant poiatz

Qe sobre totz es enansatz.

 

Baron, metetz en gatge

Castels e vilas e ciutatz

Enans q'usqecs no·us gerreiatz.

 

.

 

Bien me plait le temps radieux, [le temps de Pâques]

Quand vois feuilles et fleurs venir ;

Me plait d'ouïr le bruit joyeux

Des oiseaux qui font retentir

Leur chant par le bocage ;

Et me plait quand vois sur les prés

Tentes et pavillons plantés,

Et j'ai joie et courage

Quand vois par campagne rangés

Chevaliers et chevaux armés.

 

Me plait quand les coureurs poudreux

Font les gens et les troupeaux fuir,

Et me plait quand vois après eux

Nombreux guerriers de front venir.

Me plait en mon courage,

Quand vois forts châteaux assiégés,

Remparts forcés et effondrés,

Et vois l’ost au rivage

Tout à l'entour clos de fossés

Avec solides pieux fermés.

 

Aussi me plait quand un seigneur

Est le premier à envahir,

Acheval, bien armé, sans peur :

Ainsi fait les siens s'enhardir

Par valeur et bravoure.

Dès que s'engage le combat,

Chacun doit se tenir tout prêt

Et suivre au premier signe.

Car nul ne peut être prisé

S'il n'a maint coup pris et donné.

 

Masses et brands, heaumes bien peints,

Ecus trouer et dégarnir

Verrons à l'entrer du combat,

Ensemble maints barons férir,

Dont s'en iront à rage

Chevaux des morts et des navrés [blessés].

Quand la mêlée a commencé,

Guerrier de haut parage

Ne soit qu'à tailler chefs et bras,

Car mieux vaut mort que vif vaincu.

 

Sachez que tant ne m'a saveur

Manger ni boire, ni dormir,

Que si j'entends crier « à eux ! »

Des deux côtés, partout hennir

Sous bois chevaux sans maîtres,

Et quand j'entends crier : « Aidez ! »

Et vois tomber par les fossés

Grands et petits sur l'herbe,

Et vois les morts aux flancs percés

De bois de lances à pennons.

 

Noble dame, pour la meilleure

Qui jamais se vit, ni qui soit,

On vous tient, et pour la plus belle

Femme du monde, à ce qu'on dit.

Béatrix, haute dame,

Bonne en tous dits et en tous faits,

Fontaine et source de beauté,

Belle sans arrogance,

Votre mérite est de tel prix,

Que sur tout autre il a passé.

 

Barons, mettez en gage

Châteaux et villes et cités

Avant que guerre ait commencé.