Pour éclairer l'article précédent sur les rapports de Mistral au Petit Journal et à son fondateur Moïse Millaud (dont le père, comme beaucoup de Juifs du Comtat, était maquignon), ce passage de Memòri e raconte (1906). (Sur Riquelle, cf. l'article "Mistral, 1848 et la vieille Riquelle").

Le père de Mistral parle de la déesse de la Raison, qui trônait dans l'église déchristianisée de Maillane :

" -Aro, sabès quau èro, à Maiano la divesso ?
- Noun, tóuti diguerian.
- Ero la vièio Riquello.
- Oh! tambèn ! criderian.
- Riquello, reprenguè moun segne paire, èro la fiho dóu courdounié Jaque Riquèu, qu’au tèms de la Terrour fuguè lou Maire de Maiano... Ah ! la garço! d’aquéu tèms, qu’avié belèu dès-e-vuech an, èro fresco, gaiardo, e di poulido que i’aguèsse. Erian de la memo jouinesso: memumen que soun paire m’avié fa li soulié, ùni soulié à mourre de tenco, que pourtère à l’armado, quand me fuguère engaja... Eh ! bèn, se vous disiéu que l’ai visto, Riquello, abihado en divesso, la cueisso à mita nuso, un sen despeitrina, lou bounet rouge sus la tèsto, e assetado ansin sus l’autar de la glèiso ! »
A la taulo, en soupant, vers la fin de febrié de 1848 vaqui ço que countavo Mèste Francés, moun paire. Aro anas vèire. Quouro publiquère ma Mirèio, enviroun vounge an après, me trouvant à Paris, fuguère counvida pèr lou banquié Mihaud, aquéu que foundè Le Petit Journal, à-n-uno di dinado que, tóuti li semano, l’amable Mecenas óufrissié is artisto, sabènt e gènt de letro. Erian lou mens cinquanto ; e madamo Mihaud, uno jusiolo superbo, avié d’un coustat Mery e iéu, crese, de l’autre. Sus la fin dóu repas, un vièi, mes simplamen em’ uno longo camisolo e ‘n calot sus la tèsto, dóu bèu bout de la taulo me cridè ‘n prouvençau: « Moussu Mistrau, sias de Maiano ? »
- Es lou paire, me diguèron, dóu banquié que nous regalo.
E, la taulo estènt trop longo pèr poudé counversa m’aubourère e venguère parla ‘mé lou bon vièi.
- Sias de Maiano ? me venguè.
- O, ié faguère.
- Couneissès la fiho de Jaque Riquèu, qu’èro esta dins soun tèms, Maire de vosto coumuno ?
- Se la counèisse ! ié diguère, Riquello la divesso ? emai que sian ami.
- Eh ! bèn, diguè lou vièi, quand venian à Maiano pèr chabi nòsti fedoun, car, d’aquéu tèms, vendian de cavalin, de mulataio, anavian louja vers Riquello. Vous parle au-mens de cinquanto an.
- E pèr asard, alor ié vène, sarié pas vous, moussu Mihaud, que i’aurias fa prèsent d’uno bago de toupàzi ?
- Oh! d’aquelo Riquello ! faguè lou vièi jusiòu tout en brandant la tèsto, richounejant, esperluca, elo vous a parla d’acò ?... Ah! moun brave moussu, quau nous a vist e que nous vèi !
E ‘m’ acò lou banquié Mihaud, que s’èro aussa de taulo, venguè, coume fasié après tóuti si repas, clina lou front davans soun paire, que i’impausant li man coume li patriarcho, ié dounè sa benedicioun. "