Suite des articles précédents

Roumavagi deis Troubaires - Recueil des poésies lues ou envoyées au congrès des Poètes provençaux, tenu à Aix, le dimanche 21 août 1853 ; publié par J.-B. Gaut, Secrétaire du Congrès. Aix, Aubin ; Paris, Garnier frères ; Marseille, Boy. MDCCCLIV.

En 1853, le fait est bien connu, mais des spécialistes seulement, le jeune Mistral (ici curieusement présenté en J.Mistral) hésite entre plusieurs graphies. Voici le début de son poème, qui sera la matrice de Mirèio. La graphie adoptée n'est pas celle de son mentor Roumanille, graphie qui sera grandement celle du Félibrige ; Mistral (ou Gaut ?) a choisi une graphie utilisant des marques grammaticales non prononcées, notamment le s des pluriels et le t des participes.

Parlar de Sant-Roumie.

La mort dau mèissounier. (J. MISTRAL 28 Juïet 1853).
p 185-186
A Madameisèllo Hortenso Rolland [jeune poétesse aixoise]

Ligarello’, accampaz, accampaz leis espigos,
Prenguez pas gardo à ieù !
Lou blad gounfle et madur s’espoùsso aù vent d’estieù :
Leissez pas, ligarello’, èis aucèus, èis fournigos,
Lou blad que vèn de Dieù !

E lou vièi mèissounier, sus leis rufos gavèllos
Èro couchat, tout pâle et tout ensaùnousit,
E levan soun bras nus que la caùud a brusit,
Parlàvo ansin èis ligarèllos.

E tout à l’entour d’eù, seis voulame à la man,
Leis aùtreis mèissounie’ scoutavon en plouran ;
Mai lei chato’ e leis femo’ e pereù leis glenaires,
E pereù leis enfans, qu’au faùdaù de seis maires
S’arrapavon, de cris et de gingoulamen
Fasien restounti l’er en s’estrassan lou sen.
Car, un moumen avan, dins lou fiò de l’empencho,
Dins lou van daù travail, dins la forto afecioun
Qu’empourtàvo leis ome’ a coupa la mèisson,
Daù sang daù capoulier la mèissoun s’èro tencho.

[…]