travailladou PHOTO

Au début de 1942, un groupe de militants communistes, issus de milieux populaires du littoral des Maures, dans le Var, commençaient à diffuser cette feuille ronéotypée qui dénonçait la politique de Pétain et soutenait les actions des ménagères contre la rareté et la cherté des vivres .

Le journal est en français, mais le choix « de classe » d’un titre provençal (lou Travailladou : le Travailleur) montre le double enracinement, plébéien et provençal, de ces courageux qui allaient bientôt créer le premier maquis varois, le maquis des Maures (FTPF), dont la geste est grandement connue et respectée.