armana-nouviau-das-pesans-1872-michel-auclair-dit-le-pere-barre-de-jean-etienne-caire-897326662_ML

1872, Armana Nouviau das pésans et dô paure monde abligê de travaillâ pa vivre. Prix : 4 Saôs. Imp ; Fudez Frères.

En ce qui concerne le contexte politique de la publication, on se réfèrera à l’article : "L’Armana nouviau das pésans et la répression anti-radicale de 1872-1873"
http://merlerene.canalblog.com/archives/2014/12/23/31187683.html

L’ouvrage est donc bilingue. Les textes en « patois » (parler d’oc aux confins des parlers d’Oil et francoprovençaux) sont signés par le Père Barre, représentant de la sagesse paysanne, les interventions en français par son fils : différence générationnelle qui signe la pénétration du français.
Voici un exemple de la prose directe et mordante du Père Barre, qui, en cette année 1871 où la restauration monarchique menace, reprend les thèmes ordinaires du républicanisme avancé : dénonciation des bonapartistes et des conservateurs héritiers de la féodalité oppressive, justice fiscale, fin du service militaire et peuple en armes sur place, mise à distance de la tutelle cléricale. L’almanach pour 1872 n’a pas encore les accents de violente protestation sociale de son successeur de 1873.

« LETTRE DO PÈRE BARRE A PESANS ;

Mon gars [son fils, voir plus haut] vous o dit la véritè touto puro su los Henri-cin-cuistres ; sus kas alloubis [avides] de princes d’Orléans, vrais avale-tout-cru ; sus los crimes do grand scélérat de Badinguet, le pus fameux gredin que la tsuare aiot pourtê ; enfin sus los hoummes dô désodre, que s’appelont CONSERVATEURS et que sont REIN DO TOUT. O vous o raconté que kas daris aïant los pus dangeroux. Ou é vrai. I savont rein que se tournâ va le manche pa tapâ su Fo-chi qu’a pardu.
Me, père Barre, que sé pas bien parlâ français, i vo vous expliquâ quoque choso que vaut mieux que tout ko sacré gibi ; vo vous arreingeâ à una manière, en patois, ce qu’oué la RÉPUBLIQUE et ce que le nous donnero, quand n’o vaurein.

DE LA RÉPUBLIQUE PA LOS PETITS, LE PAURE MONDE ET QUOQUE GROS RICHAS, BONS GARÇONS.

Los nobles vous en disont pis que peindre, ou é pas malin. I savont bein que d’ambé la République, ou sero pus coumme deins los teimps.
I serant pus los moétres de tout, i aurant pus les couvrées, les dîmes à lou fantaisio ; quand eina fille de manant auro le malheur d’être un petit gente, le sero pu obligeâ avant de se mariâ de na… dire BONJOU à son seigneur. I diso mâ BONJOU, mais mon grand m’en o racontê de drôles su kel’affouére. Ou ére do geinti.
D’ambé la République (pas kelotchi que n’aveins), los gros vous meingerant pus.
A z-alloubis d’Orléans, kas bons princes que tenont moué gros d’argeint qu’ou en tenre deins le châtchau de Chantelle, et que se dison paures mendjants pa vous arrachâ votros écus, la République diro : « Tenez-vous mâ tranquilles, ou gare la fretâ de bois vert. »
L’i diro enkéra : « Si Badinguet vous z-o-volê, arreingez-vous d’ambé kela canaille, par nous, ne vous deveins rein, payez nous mâ los millions que vous nous devez. »
D’ambé la République, vous verrez pus ein Bonaparte, vous fouére étrillâ et ékenaça sans besoin, vous pluma, vous fouére brûla, pilla, vola, assouma pa los Prussiens, tandis que se, se sauvero le capon. Tenez, ne parleins pus de ko lache filou.
Ka-tchi qu’ant votê par se, en ant prou mau teimps, pa pu los fouère pura. I savont bein que lous garçons sont tê tsués ou estroupiés pa ko genti mami, que tout le sang qu’o l’o fouê coula entretenre SIAULE ein jou tout enti. (SIAULE ou é eina rivière ; kas que la counnussont pas, qui s’en anant à Jenzat, eintre Charroux et Saulzet i la vérant.)
La République le penre Bonaparte et sos traîtres que nous ant veindus ; le los mére à l’abri deinr eina cage, le los faro vére coumme das animaux féroces et le dounnere los saôs à malhéroux orphelins que lou canaillerie o fouê.
D’ambé la République, ou sero le riche que payero los impôts, le paure auvri auro prou de gagna sa vio sans rein dounna.
Pus de couvrées, pus de prestations injustemeint foates pa los pésans.
La paix, tourjous la paix, pus de vaureins pa la troubla ; notros enfants n’irant pus se fouére cassa los ous pa rein. I appenrant à se sarvi d’ein fusil deins los chefs-lieux de cantons et  i pardrant pu liou jeunesse coumme agoure au sarvice. Ou-y z’auro pus de kas trop-payés que nous ant manigancê de si geintis tous. Tout le monde sauro se défeindre et si los Prussiens ressayont de nous fouére do mô, i en vérant de cruelles.
La République i méro chaquein à sa plaço, le curé à l’église, l’instituteur à soune école. Le curé appenro la catigième à kas que vaurant et l’instituteur nous appenro des affouéres que sont bein si necissaires que le catagième. Kas que se servirant das curés los payerant. D’ambé les économies que n’ein faro, n’ein pauro paya ein petit moué los instituteurs que pouiont pas nourri lou famille, n’ein véro pu kel’escandale de bien gonfla do monde qu’ant point d’enfants et que travaillont eina demi-houre par jou, par en priva d’autres et los fouére minables.
La République supprimero tous los abus do vieux monde ; pus de patentes bien chères, pus de sarges de toutes les façons.
La République faro vére clair à paures geins que se laisserant pus embrelificota.
D’ambé dique que lo faro tout ko biein, la République ?
D’ambé le DROUET que l’appourtero, la JUSTICE que le méro deins los impôts, et la LIBERTÉ de dire ce que n’ein peinse et de fouére ce que n’ein vaut, paravi qu’ou siot pas de nuisance à notros vesins. 
Adju, pourtez-vous bien, et VIVE, VIVE LA RÉPUBLIQUE, que faut pas fouére béni pa los curés, ni moué gouarnâ pa das princes. Le fare me los abres de 48. Attention !
Ein autre cop et bien rede,

VIVE LA RÉPUBLIQUE !!!

Le père BARRE »