cf. : André CHAMSON, []

Revenons sur le beau texte du jeune André Chamson, qui fait naître l'engagement d'écriture de Mistral d'un environnement immédiat. Environnement humain avant d'être géographique : celui d'un monde rural traditionnel et pleinement vivant encore.

Car, et c'est ce que je lis en filigrane dans le texte de Chamson, choisir de s'exprimer dans une langue, ("nosto lengo mespresado" qu'évoque Mistral dans l'entame de Mirèio) ne suffit pas pour devenir un créateur véritable. Encore faut-il un lien très fort et une empathie fondamentale avec un milieu humain.

Mistral écrit, toujours dans cette entame de Mirèio,"car cantan que pèr vautre, o pastre e gènt di mas".

Ce "pèr vautre" signifie, on le sait, autant "par vous" que "pour vous", et peut-être plus "par vous".

Le déclic qui va vraiment jeter le jeune bourgeois, rentier du sol, dans l'écriture provençale, n'est pas, même s'il en participe dans ces années 1850 naissantes, le foisonnement de rimeurs provençaux, urbains au premier chef, que Desanat a essayé de capitaliser dans son Bouillabaisso. (Sur tout cela, voir dans ce blog les extraits de ma thèse).

Ce qui suscite et qui porte , avant tout la motivation initiale de Mistral, c'est l'existence de ces pâtres et gens des mas, hommes de la vieille Provence du blé et de l'élevage, l'existence de ces "ménager", propriétaires aisés et travailleurs comme l'était le père de Mistral dans son Mas du Juge.

Honorer la langue méprisée, c'était aussi, c'était déjà, c'était avant tout honorer ce peuple, dont Mistral savait bien qu'il ne serait peut-être pas à même de le lire.

Las, en fondant l'éternité hors-temps et hors classes du jeune génie sur ce vécu typé et daté, Chamson en quelque sorte la tue.

Car, si la langue demeure, et quel merveilleux bain de langue offre la lecture de Mistral, que subsiste-t-il de ce milieu qui porta la genèse de l'œuvre ? Maraîchages, marchés de gros des gares ferroviaires et autoroutières, ont remplacé les blés... L'énergie qui soutient ce nouveau monden'est plus reliée à celle dont procédait Mistral que par  le souvenir... Le musée Mistral est pieusement conservé dans son village de Maillane. Mais le Mas du Juge est devenu un lieu de réceptions (noces et banquets, coktails...).

mas du juge