- René Merle, Les Varois, la presse varoise et le provençal, 1859-1910. S.E.H.T.D 1996, 416 p.

Textes 1882-1885

 

[1] Lou Franc Prouvençau, 1882. P.Chauvier, “A la Républico : - Ce que l'umanita te reclamo encaro / O Republico ! afin de miès loùja toun noum, / Es plus d'esgorjadou coumo l'i agu jusqu'aro, / Es fouesso mai d'escolo e plus ges de canoun.

A.Richier, “Lou Cant dou reservisto” :  “Brave jouven, la Franço es nouesto maire / Deven l'eima, la sousténi toujour, / Aubliden pas la Lourèno e l'Alsaço...”.

[2] La Sentinelle, 21-7-82. “On nous communique la lettre suivante, adressée au maire de Toulon :  Moussu lou mairo,

Desenpuis qu'aven vis leis amours de peiro que fes mettre à la Carriero Royale, aquelli de la plaço de l'Olli, nous tortéjoun encaro maï leis agassins.

Couro lou patrioto Gantéoume et lou brave Bruno fagueroun calada, à seis frès, lou davant de seis boutiquos, avian l'espoir que voistr'ancien ami, l'ancien adjoint (aquéou que ven cadé matin marquandéja leis couconbré et leis navéou), vous aviez dich que, noun soulamen leis damos s'entortissoun leis cavillos, maï que soun can, à n'éou, se l'y troussavo leis cambos et leis arpions. Lou brav'hommé, l'y fasien tant faïre à la coumuno, qué v'aura aublida - car counfisan coumo fasias, se vous n'en avié parla, l'y a longtemps qu'acco serie fach.

Alors, moussu lou mairo prénen la liberta de vous prega de mettre d'espart qu'aucuno d'aqueillei bellei peiro de la Carriero Royalo, per remplaça nostro roucaciero. Maï, vous aimarian encaro maï, moussu lou mairo, se, entre leis 4 platanos, nous fasias uno pichouno terrasso. Leis carrieros deis dous coustas serien plus grandos et leis carretos nous embararien pus nostreis garbos de fruits, (pecaïre en pas de plaço !)

Marida doous coüs, devez saché lou poudé deis frumos. Eh ben ! per leis élétiens vous prouvaren qué partisanos et claüvissieres an d'empire su seis homes - à par avant vostre cousinièro pourra vous dire, qu'aven de couar et que sian d'esquicho enchoïo.

Recebez, moussu lou mairo, leis revérencis et leis gramaci cordiaux.

Deis partisanos et deis claüvissieros de la plaço d'Olli”.

[3] La Sentinelle, “On nous écrit. Toulon, 26 juin 1882. Moussu lou directour de la Sentinello.

Traouvarès dins aquesto plis, la coupio d'uno lettro qu'aï adreissado à Meissieis d'oou Petit Var, lettro qu'es restado senso respounso. Bessaï q'en li dounant la plublicita dè vouastra* journaou, aouriou d'aoumen la chanço d'aguer satisfactien. Compti, moussu, sus voustra* generousita et vous prégui de ben vouguer m'excusar. Marius Tistoun.

Moussu lou rédatour. En arribant hier aou souar dé Siei-Four, mi prouménavi tout lou long doou boulevar dé Strasbourg, quand aï rescountra l'entarrament doou citouyen Roux, lou capitani deis Sapurs-Poumpiers de la villo de Touloun. N'aviou jamaï vis d'entarraments civils. A Siei-Fours n'aven pas encara fach ; maï m'es d'avi què quand lou citouyen Valentin mourra, n'en faren un que foou qué la barbo li fumo.

Aqueou d'hier ero beou, ben beou. L'ya aviei* fouasso poumpo. Lei drapeaoux en croux, leis pouales émé la croux blanquo, leis floux d'immortelles, la musiquo, l'orphéoun surtout. Aqueo* oh ! qué canto ! Va li mande beou ! Soulamen aï pas ben coumprès lou chœur que cantavo. Aï tandaoumen aousi quaouquei mots, et sé ma mémoiro mi fa pas faouto, vous leis vaou diré : “Roquiem œternam* dona li, Domine”. Counouissi pas lou latin, car aï pas fach mei classos per la résoun qué dins moun jouine temps l'instruction* ero pas publico, laico, gratuito et aoubligatoiro. Cercavi dounc quaouqu'un qué pourrié mi dounar la significatien d'aquelleïs paraoulos, quand, en me revirant, aï vis luzir sus ma testo, l'ensigno de vouastré estimablé journaou : “Té vé, mi siou disch*, aquelleïs moussus d'oou Petit Var, bessaï va t'espliquaran”.

Vaqui perqué, moussu lou rédactou*, aï près la permissien de v'escrioure per vous prégar dé mi faïré assacher s'aqueou mouceou a esta coumpousa expressamen per leis entarraments civils.

Excusas. Vous saludi. Marius Tistoun, Cultivatour, quartier de La Sardino, à Siei-Fours”.

La Sentinelle, 2-7-83.

“Oliva-les-Primeurs, Arrondissement de Trépigny les Oursins. On nous écrit :

La cèno si passa* a Oliva-leï-Primour, ounté moussu lou mèro a défendu leï proucessioun deï san et permette la proucession deï aï lou béou jou dé San-t-Aroï.

Touteï leïs aïs d'oou païs sé trouboun réunis su la plaço dé la Fraternita. Tenoun counséou :

Lou Présidén, (un aï grisé l'ueil poutignos*, la coua pierado), pren la paraoulo :

- Meïs amis, es encuï nouostro festo. Lou couar m'y débordo dé joiho renqué dé pensa eïs hounour qué nous sont fach. Patrounado per moussu lou mèro, la festo deïs aï a maï agu d'escla qué la festo deï san. En Républico foou plus jé dé diou, maï d'aï n'en foou et n'y a. Vivo leïs aï ! Vivo moussu lou mèro ! que festo jusqu'o lou troumpetoun, qu'avié mest sa faquino bordado dé vermicheli. La festo dé la Républico sara pa pu bello. Aoussi lou couar mi trémoulis, leïs ooureilho my ressaoutoun. La coua m'y ten plus. Vivo moussu lou mèro. (Touteï leïs aïs lèvoun la coua et lou sabo en braman : vivo moussu lou mèro ! et t'y foutoun uno pétarrado qué passo coum'un cooup dé mistraou en destarignan leï murailo). Es pa lou tou, meïs amis, de brama, siou d'avist dé faïré un présen à moussu lou mèro et a soun conséou, per rémercia aquéli braveï citoyen, dé tou lou ben qué vouaroun eïs aïs. Voou consurta l'assemblado. Chascun dira son* sentimén. Rousset ty douni la paraoulo.

Rousset, (un pichot aï terrous). Moussu lou présidén, pensi qué fourrié manda a moussu lou mèro et a seï z'ami une peou d'aï per chascun. Sè la metrien leï jou de festo. Saben qué dé testo et dé couar soun deï nouestré, li manquo qué la peou. (Bravo Rousset, bramoun leï saoumo).

Lou Présidén. As résoun. Une* péou d'aï leï vestirié a ravi. Maï as pas vist uno difficurta, couneïssés pa toun moundé. Jamaï trouvarén dé péou d'aï prooun*longue* et proun espesso. Dins nouosto raço l'y a jès d'aï dé tan gro calibré. A tu, Bloundin.

Bloundin (un gro bamaïré*). Moun avist sérié dé l'y manda a chascun soulamén un paréou d'ooureilho d'aï. My figuri qu'un paréou d'ooureilho d'aï encapélarien pas maou aquéou moundé. Entendi uno sounetto qué my dis : “E lou sécrétari” ! Un moumen ! Per lou sécrétari coumo a fourto testo va li farian faïre en cartoun coulour dé cataplamé é a sa mésuro ; sarien longo ! va foou ensin ! (Touteï leïs aïs : “Bravo Bloundin, et zou la petarrado ... un tron dé l'er qé révesso leïs oumé).

Lou Présidén. O Bloundin, o leïs ooureilho d'aï farien bén per elli. Maï ounte leï préndrén ? Quu voudra si leï leïssa coupa mémé per moussu lou mèro. Un capeou sé mété et sé lèvo, maï leïs ooureilhos tenoun trooup à la carcasso. E piei voulés qué parli net : Sarié pas d'hounour per d'aï de raço coumo n'aoutré qué nouesteïs ooureilho anessoun a douas doujèno d'aö gros e espès, maï embastardi, qué n'én pensas, meï z'ami. (Leï aï ; Voui, bravo, sé fagué toundré quu voou, naoutré gardan nouesteïs ooureilho).

Lou Présidén. A tu Brunetto.

Brunetto (uno saoumo un brigoun passido, maï encaro fierto*.) (Foou diré qué din la Républico des* aï, leï femello fan la politico.) - Moussu lou présidén, aï légi din leï journaou qué moussu lou mèro aïmo fouasso leï campano, seriou d'avist dé li pourta per lou 14 juillet un coufin de sounailho d'aï. N'y oourié uno per eou é uno per tout soun moundé. Si la pendrien ... ounte voudrien. Et my parlas de sounailha, sounailharien tant qué voudrien.

(Touteïs leïs aï : Bravo, bravo Brunetto).

- Moussu lou Présidén, Brunetto a di lou mo.

Voou maï la testo et la lengo dé Brunetto que la testo et la lengo de 100 députa et dé 10.000 conséou dé la coummuno, en l'y coumprénèn leï sécrétari. Lou jou que poousaren la proumièro peïro dé nouotro grand'escoro, sara Brunetto qué parlara. Lino, lou leïssaren su leïs iero si prouména de touto la loungou, coouqua lou jermé, et lusca leï saoumello.

Aro, meï z'ami, anan trouba moussu lou mèro, ly pourtaren leï sounailho, pourtaren ooussi a soun sécrétari leïs ooureilho dé cartoun coulour dé cataplamé, l'y dounaraï en sus un paréou de bésiclé.

Leïs aï s'en van en brassetto, mascl'é fumello. Moussu lou mère ly siègué pa. Vénié dé parti per pourta plainte countr'un picho journaou, qué dé tén z'en ten ly juègo la sérinetto.

Lou sécrétari l'y ero maï pa, leï marido lenguos dien qué sercavo sa maistresso qué ly vénién de roouba. Pécaïré !

[4] La Sentinelle, 30-4-82. “Le vaisseau le Foudroyant, lancé le 27 avril 1882, à Toulon.

Ounte va tant fiero, afougado, / La foulo qué quito Touloun ? / Per que numerouso, empressado / Camino vers lou Maourrioun ? / [Monier évoque le lancement, et le vaisseau "Le Tonnant", lancé sous Louis XIV] Et'spoutissié pichot et grand / Leis ennemis de noustro Franço. / Fai coum'eu e la foudro en man / Siegues toujour fiéu dou Tounant.

O.Monier”.

[5] Dominique publiera ces vers de Letuaire dans La Toùténo

La Toùténo, 19-9-85. “Ah ! paouré Dutasta, qué singés lou signour ! / Crési, ma fé dé Diou, qu'aquélo crous d'hounour / T'a chavira lou sens, t'a fa perdré la boulo ; / Sabés plus cé qué fas ... toun coco deven groulo !/ [...] Aro foou qué prenguen la caouvo émé patienço / Maï l'ooupinien publico, es qué la prouvidenço / En nous débarrassant doou mooudit choléra / Nous débarrassara doou mèro Dutasta. 

Letuaire, juillet 1884”.

La Toùténo, 3-10-85. “Lou moussu qué si dis estr'un pur démocrato / Duourié bèn, dé sei frès dé representacien, / Dounar ei malhurous uno bouano porcien, / Car, per lei mérita si foulo pas la rato. // Voui ! pensas un paou quant nous couast'aquéou Moussu / N'es pas lou gros travailh, ni la grosso bésougno / Que lou suffoquoun trooup. Aou countrari, lei rougno / Emé soun Pichoun Var, journaou lou maï cossu // [...] Letuaire, juin 1884”.

[6] Le Radical du Var, Conseil municipal de Saint Tropez, par exemple le 21-5-84 : un conseiller parle italien. “Ferran : La pas mouyen dé ti coumprendre, tu ! Parlés toujou dé la man gaoucho !”. On parle de Babel. “ Chomiero : Qué parlo ! de Babet, aquéou ? - Thomas : Teïso-ti, Chomiero, as pas coumprés que parlo d'un homé ...”. 

[7] Cesar Peïronnet, Lou 4 maï troupelen, 1884, Guillen, Brignoles.

[8] Lou paysan esplouata per lou parasito fait par Renoux Dominique, distilateur liquoristo dit lou Sapaïre le 3 juin 1883. Draguignan, Gimbert fils, en vente partout, 1884. 8 p. 400 ex.

“Ooujoud'hui qu'ai lésé vèni vous déclama, / Sé qué la très lonten qu'aviou su l'estouma. / Es doou paysan, mémè, que vous voou countà l'histouèro, / Et, sé dintre mei ver trouvas pas la mémouaro, / Trouvarès lou talen, d'avant la vérita / Quésqué charlatanisme et noun humanita. / Lou fier travailladou qué cultivo la terro / Espousa oou marri ten, la pluèyo, la poussièro, / Es regarda, en effet, per lou riché fénian, / Coumo un êtro nuisiblé ; es caouvo desgoustan, / A seis huis mème, sias piré qué la pèsto, / E de vouastreis mériti, bouto, n'en fan pas festo, / Cépandan saboun proun qué sensso lou paysan, / Emé tou soun argen, ségu mourièn de fan. [...] Moougra soun estructien, sei casteou, seis finanço, / La terro pourriè pas li fourni dé pitanço, / Digua-li enpaou qué vagoun, aquélei fanfaroun, / Séména un gran de bla ou faïre la meïssoun, / Qué vagoun, en un mot émé touto sa graïsso, / Emé lou lour lichet, oou mitan d'uno faïsso, / Eleï qué troboun chier, quand lou paouré paysan / Li démando per jour la soumo dé douï fran, / Qué la mita doou tèn vous paguoun dé critiquo / Crésès qué sé vénié la bouano Républiquo / Prendré l'égalita pèr toutèis seis enfan / Li sériè pas un bèn fa pèr aquélèis tyran. [...]  Maï lou poplé, ooujourd'hui, qué coumènsso à li vèire, / Coumo a l'ancien tèn poudès plus li fa crèire / Qué soun vouastreis laquets, vouastrès serfs e manan ; / A fés din l'avéni pèr vous metré à néan ; / Foou qué l'égalita si mété un jour en pratiquo : / Plus d'esclavo ni tyran souto la Républiquo ; / Aco duou plus exista, lia troou dé malhurou, / Vourèn qué tout én grand siéché travailladou. / Lou fénian qu'a viscu jusqu'aro sus leis aoutré / Foou qu'aganté un oôuti, fassé coumo nous aoutré. / La terro, coumo l'er, appartèn èn chacun ; / Nous foou plus d'exploitur, vourèn fraternisa, / Lou Crist din l'évangilo oou poplé va leissa / Es lou mémé souréou qu'esclaro tout lou moundé / E foou qué la misèro, en un mot, si préfounde. / Perqué li a moussu tàou qu'a quoouquèis soou de maï ? / Foou-ti qu'agué lou dré dé nous prendré per d'aï ? / Foou-ti qu'aquéou bourgeois, riché dé sa nèissenço, / Sichèn soun estrumen, la proua dé sa vèngenço ? / Noun, meis bouanèis amis, aco es pas légaou ; / Nouastre suzour duou pas fairé seis capitaou. / Si jusqu'aro ooujourd'hui lou poplé es esta sage, / Sa pa coumpré soun dré, sa pas agu de courage, / Foou plus qu'à l'aveni estèn intelligen, / Li sèrvi de machino èn dé pareillès gèn. [...] La raço deïs fénian foou qu'encuèi prengué fin / E qué sichen soumé, fraïre, oou mémé destin. / L'estructien a féni pèr durbi a l'escalavagé / Leis huès d'oou malhurou quèroun plén dé nuagé ; / Aquéou jour es vengu, nen siou mai qué certin, / Siguèn socialisto e bouen républicain, / Si vouren oouteni nouastro vrai delivranço, / Qué despui tan dé tèn éstèn din la soufranço / Sichèn tout ben uni, serrèn fouar nouastrèi ran / Marchèn à pas serra coumo dé vraï géan ; / Foou pas desespéra, sian la forço e lou noumbré, / Si pas fa d'illusien, e noun plus d'esprit soumbré. / Guero surtou, méssié, en tout accaparour, / Qué voou doumina en mestré, én vraï dré dé ségnour / Eou tout en rèn fasen, estèn contro naturo, / A lei miyou mouçèou, la miyoua nourrituro, / Es fouasso bèn coucha, lojo dins un palaï, / Domestiquo e varlé formoun soun attiraï, / Tandis qué lou paysan que cultivo la terro / Er louja très souvèn piri qu'a la galèro, / Nèn manjo, lou mesquin, souvèn que dé pan sé, / Es coucha su dun lié tant dur coum un parqué, / Pui si voou bouaro un coou n'a qué d'aïgo souréto, / Li arrivara pèr fès d'avé un paou de piquéto / Dé caouvo, trés souvèn, qués aïgré, qués tourna, / Pensas saquo dàqui, poou fa bouen estouma ; / Vaqui coumés trata, lou martyr qué travaillo, / Encaro bèn souvèn poou pas croumpa unei braillo. / Eh ! ben, aco d'aqui poou plus si proulounja, / Lou bounheur su la terro es troou maou partéja, / Foou plus qué lou fénian sengraissé su leis aoutré / Lou foou anéanti ou qué venguè émé naoutré. / Despui qu'aquélei gèn manjoun, nouastro suzour, / Es tèn, grandamén tèn qué lou travailladou / Démandé, émé resoun, sa part qué lès degudo, / La Républiquo alor séra la bèn vèngudo, / En un mot, citouayen, nous foou l'égalita, / Qué sichen touteis parié e touteis réspecta. [...] Eh ! bèn, sichès doun hommé e sichés vigilèn, / Coumprendrès a la fin, sé sias enteligèn, / Qué lou jour qué voudrès vous rendré en poplé libré, / Avès qu'a réléva davan, aquéleis tigré / Vouastro voix de justici émé zèlo et fièrta, / Leis soumetré, en un mot pèr voix d'égalita, / Si plus agenouilla coumo leïs ipoucritos, / Souteni sènço poou leis vrais soucialisto, / Aquéleis qué voudrèn rèndré lou poplé hurou, / E qué li aguèssé un jour plus gés dé malhurou, / Que voudrièn abouli lou chagrin deis meinagé / Rounpré, démouli en grand la cheino d'esclavagé, / Vaqui aquéleis gèn qué vous foou manténi, / Sé vourès deis abus bèn lèou n'avé féni / Foou qué l'esplouatatien, oui, dévengué éphémèro / Plus dé mèstre ni de diou, aco es tou chimèro ; / Sichèn, meïs chers amis, hommé fermé e vaillan, / Si leissen plus dupa coumo dé bouans enfan. / Escrasèn, citouayen, pèr qué fagoun plus nouaço / A nouastré détrimen, la vermino bourgeoiso. / Escoutas, vous en prègui, la voix d'humanita / Qu honnoro lou paysan lou voou fa respecta”.

[9] Cf.textes in R.Merle, L'écriture du provençal, 1775-1840, thèse, C.I.D.O., Béziers, 1990.

[10] Le Courrier du Var, 20-7-82. 

“Tavernes, on nous écrit :

Nos radicaux ont célébré la fête du 14 juillet avec une pompe toute particulière. Lorsqu'on ne gueule pas et lorsqu'on ne mange pas, il n'y a point de plaisir, c'est leur devise. Un banquet monstre devait avoir lieu sur la place ; mais vingt-cinq convives seulement ayant pu à grand peine être raccolés, on jugea qu'il valait mieux festoyer dans la salle de l'hôtel-de-ville, à l'abri des regards indiscrets. Là, du moins, on pouvait manger gras, à son aise, un vendredi, sans scandaliser personne.

L'hôtel de ville était pavoisé et illuminé. L'intérieur de la salle offrait un de ces coups d'œil d'une originalité toute démocratique. Ces bons radicaux, les uns en manche de chemise, les autres en habit de travail, se gorgeaient bruyamment. On eût dit une de ces soirées de 1851, où les “victimes” du 2 décembre se livraient, dans cette même salle, à toutes sortes d'orgies.

Le citoyen maire seul, pour cause de deuil manquait à ce banquet du 14 ; mais l'adjoint Pico-peïro présidait, en son absence, cette aimable réunion. Il a même prononcé, au milieu du repas, une petite allocution dont voici à peu près le sens :

- Citoyens ! Vias qué nouastro républico fa de prougrès. Maï à Taverno lia pas mouyen dé faïré coumprendré oou poplé qu'aco és un bouan gouvernamén. Naoutré, coumo va vias, v'aven ren démanda per faïré basti, bèn qu'aguen despensa quaouquei millo franc. Aï mé din aquello affaïré tout moun patriotismé. Siou esta ingéniour et entréprénour. Tout lou counséou m'a approuva : qué lou poplé, coumo éou, nous siègué recounouissen et buguén un coou à la santa de Mariano ! Vivo la républico ! -

Et les frères et amis de se verser à boire et de trinquer. Mais ce cri de Vive la République est resté sans écho. A l'issue du repas, les convives, tous un peu allumés, se sont mis en marche au son de la marseillaise. En tête du cortège, le sergent de ville grimaçait en portant une lanterne pour diriger les pas peu sûrs de ses amis, puis la musique et les tambours, enfin l'adjoint, nos conseillers municipaux pêle-mêle avec une trentaine de braillards. Voilà comment nos radicaux ont célébré la fête nationale. Du reste, peu de maisons avaient des lampions. L'indifférence et la froideur la plus complète ont accueilli cette manifestation.

[11] “Souveni dei electien doù Senat doù 8 janvier 1882. Lou senatour manca. Air d'où Cabanon

Qu counèi pas aquèu certen noutari (1) / Qu'eme respect lei fier republiquen / Despièi dès an bèison lou tafanari / Tant à Barjoù qu'a Rians coumo a Courren. / A sèi genoun vesèn tant de moustacho / S'es pres per Fauro o bèn per Gambetta, / Dins soun mirau en regardan sa facho : / “Anen, se dis, sieù fa per lou Sénat !” // Despièi long-tems, quelo douço pensado / Dins sèi souci li dounavo d'envanc, / Doù camin vièi quand la grosso mountado / Fasiè sorti sa lengo coumo èi can : / “Ah ! se disiè, finira 'quelo vido ! / A co d'aqui poù pas toujour dura ! / Moun couer va di, moun ventre me lou crido : / Mi foù, mi foù uno plaço au Sénat !” // Qu miès que ièu merito aquelo plaço / Sièu president d'où consèu generau / A l'oucasien fau la auto e la basso / Per countenta lèi frèi eme lèi caud. / Despièi des an travaji per Mariano / Moun tems, moun or, moun couer li ai tout douna, / O que plesi ! coumo farai moun crano / Quand mi diran : As ta plaço au Sénat ! // Dins soun pantai noste brave noutari / Vèi sèi nebout de Rians de Sant Julien / Berno (?) Alferan courre coume d'esglari / E prouvouca pertout de réunien ; / Sèi councurren s'en van la testo basso / Coumo d'escagno en* lèi vèi debana. / Crido sa fremo e trefouli l'embrasso / En li disen : toun ome es au Sénat ! // Es tant segur de gagna la partido / Que dèja vèi sa bousso si gounfla / Pago sèi deco e meme sa bastido / E penso plus qu'a se bèn regala / A coumanda de petard, de fusado, / Lei musicien soun touti prepara, / Foù que Barjoù e touto l'incountrado / Feston tres jour soun intrado au Sénat ! // Vai ti fa foutre ! A fa la cabucèlo ! / Lèi delega l'an trouva troù loùgiè : / Per deputa manco un pau de cervèlo, / Per senatour a pas proun de soupied*. / An trouva bon de li taia uno vesto / Que per abit tant bèn pourrie passa, / Se la mettra pèr lèi bèu jour de fèsto / Dins lou cantoun mai ... pa 'ncaro au Sénat !!!”. ms. A.D. Var 1 J2 4, Fonds Bagarry.

(1) - Achille Bon, (Saint-Julien 1827), notaire à Barjols, Conseiller général républicain.

[12] “Mr Bagarry, à Brignoles - Ra-pa-ta-plan ! Vivo la gau ! / Tarabustant la carbouniero, / Dijòu que vèn, ma cousiniero / Se metra d'ouro à soun fougau. // Es en souci pèr vous fa festo / E, se gratant, brandant la tèsto, / Chifro e carculo soun menu. // Mai, vè, sés pas dei pus chanu, / Li cercarès ges de batèsto / Mai que, à mie-jour, digue : sieu lèsto ! // Ai matrassa galino e gau, / Fa fuma colo e lapiniers, / Alesti croto emai franiero* : / Arribas dounc, gai perdigau !

Es pèr mie-jour, lou Dijòu, 17 de Nouvèmbre, manquessias pas la rampelado

Vostre ben couralamen devot, J.M.Beguin”.

A.D. Var 1 J2 4, Fonds Bagarry.

[13] Le Courrier du Var, 30-12-83, “L'Armana Blu”. C'est le texte de de Maitre, de Brignoles (Cf.1862).

[14] Le Courrier du Var, 6-3-84.

“C'est aujourd'hui l'anniversaire de la destruction du gros ormeau. Nous ne laisserons pas passer ce jour sans protester de nouveau contre cet acte de vandalisme. Si ceux qui administrent notre ville n'avaient pas été des étrangers, s'ils avaient eu au cœur quelques sentiments Brignolais, s'ils avaient passé leur enfance et leur jeunesse dans notre pays, si leur mémoire pouvait garder le culte de quelque cher souvenir, ils n'auraient certes pas commis ce que l'on appelle justement un crime. Notre ville de Brignoles n'offrait aux visiteurs qu'une chose vraiment originale : c'était sa place Caramy avec ses fontaines aux eaux abondantes et ses arbres plusieurs fois séculaires. Eh bien ! tout a été détruit d'un coup ! Les bornes-fontaines qui ont été placées sur les bords de la route sont aux armes de Paris, n'ont plus rien de Brignolais et ne peuvent être comparées qu'à cette fontaine que le peuple a plaisamment dénommé la fouàn d'où piss ... (place du Portail-Neuf). Les platanes qui ont remplacé les ormeaux aux imposants ombrages, et en particulier le gros ormeau, cette curiosité, ce monument de la place Caramy, semblent pousser à regret sur ce terrain qui ne leur était pas destiné ; ce sont d'ailleurs des arbres tellement répandus qu'ils en deviennent vulgaires. [...] Si ces Etrangers aiment la monotonie, ils la trouveront certainement dans les plantations de notre cité. [...] Mais à côté de ces Etrangers, se disant républicains, se trouvent les Brignolais sans distinction d'opinion, les Brignolais de tous les partis, tous ceux qui aiment leur patrie, tous ceux qui ont le culte de leur pays, ceux-là sont encore sous le coup d'une juste et légitime indignation, et dans une circonstance qui est proche, ils sauront infliger à ces Intrus audacieux, qui n'ont rien respecté, la leçon qu'ils méritent” (6-3-84).

“Un ami du Courrier du Var nous communique, à l'occasion de l'anniversaire de la destruction du gros ormeau, un article en provençal retraçant d'une façon émue et complète l'historique de cet arbre et de la ville de Brignoles. Nous sommes heureux d'offrir à nos lecteurs la primeur de cette très-intéressante composition.

Lou gros Oùme de Brignolo.

Vesità la Prouvenço i rai de soun bèu soulèu, aù cant de si cigalo, escala sus si coutaù, davala dins si vaù é si plano, estudià su plaço soun istòri e si grandour antico, craiouna à tiro-pèu si castèu desmantela e si vilage encian que li siecle an desavià, fuguè toujour la grando passioun enracinado en moun cor de felibre. Elo me chabirà segur, avànt que res ni ren posque jamais la derabà.

A la vihado, un d'aquesti sero, furnave dins mi papiè ; en revirant mi noto, atroubère lou raconte d'un viage que faguere à Brignolo, d'aco i aùra dous an aquesti jour.

“Tè ! me diguere, se fasièu part de mis impressioun d'alor i bravi leitour doù Courrier doù Var, qué mai qué d'un soun de mi bons amis ? ...” Em'aco, lis ai recoupiado, talo que sourtigueron de ma plumo esmougudo.

Vire lou fuihet que despinto la Santo Baùmo, St-Maissemin e sa Gleiso subrebelo, passe tambèn lou castèu de Valbelo, garde tout aqueli raconte per un aùtre cop, e per coupa pus court, prene moun envanc en garo de Tourvés.

Coucha per lou mistraù, travessàn la plano dins un vira d'iue, e arribàn, per lou pont Nostro-Damo, en garo de Brignolo, doù tèms qu'à man drecho, nous regardavo courre, lou vieilh Canderoun tout pelà.

Davalàn di wagon, aqui n'i aviè de badaù ! Que de pople, beù grand Dieù ! per veire passa lou trin, e desvisagea lis estrangiè qu'arribon. I'a quauquis an d'aco, un trin de camin de ferri ero'ncara* nouvèu ... e beù per Brignolo. Es plus ansin à l'ouro d'aujourd'hui.

Après ço que vene de vous dire en acoumençant, vous estounarai pas en fasènt assaùpre, qu'avièu à Brignolo un gros ami ; lou couneissièu despiei longhis* annado, e voulièu pas passa dins si parage, senso i'oùfri mi salut couraù, emai moun respèt, car faù qué vous digue qu'ero de foço pus vieilh que ièu ! Eh ben ! aquel ami, ie disien : Lou gros oùme de la plaço Carami. Soun retrà estampà dins moun Guido, ero sempre sus ieù, sabieù tout de cor l'istori de sa longo vido, aurieù pouscu meme vous counta de testo, si greù gros e pichoun.

De la garo à la plaço, i'a just é just per se desgourdi li cambo.

Arribe tout galoi, mai malàn de sort ! queto fugué pas ma lagno, quand veguère moun gros ami derabà, alounga'aù soù, si branco tirassado dintre lou fangas doù valàt, é si racino virado'n l'er !

A soun entour, quaùquis oùmenas acabàvon sens 'vergougno l'orre sacrifice, en picant à mort sus sa vieilho cambàsso, que tremoulavo de pèd en cimo à chasque cop. Tèms en tèms, se vesiè quàuqui boni figuro de Brignoulèn, que s'en anavon pensatieù, tristas, o brandànt la testo.

M'avancere lou cor sarrà. La font d'a coustà, fasiè regoula dins sa cònquo vessanto coum'un long plagnùn !

Atupi, regardave l'obro de malur, é repassànt dins ma memori lou bèu passà de la vitimo à l'angùni, me semblè tout d'un cop que l'ausieù se plàgne, e vejeici ço que disiè. [évocation de l'histoire de Brignoles].

“Vers lou sero, revenguere sus la plaço, jamai l'avieù visto tant deserto, lou vieilh oùme aviè despareigu, la clarta palinelo doù gaz tremoulànt, semblavo un lumenoun que veiho au cabès d'un mort ! La font countuniavo soun regoulùn pietadous. Intrere dins lou cafè a man drecho, se parlava* que doù crime. Tout en vujant ma tasso, despleghere* 'n brave journalet qu'ero aqui sus taùlo ; es lou meme que dis'aujourd'hui mis impressiou d'alor. Ie veguere eme plési un cri d'in dignatioun. En prose requisto, e'n poulit vers francés, disiè soun mot is abataire. Li bravi Brignoulèn que l'avien escrich, e aqueli que l'aplaùdissien n'en poudien pas de mai !

Lou Felibre de la Leio (1)” ... 

(1) - S'agit-il d'Elzéard Rougier, qui publiera en 1900 ses Pages de route ?

[15] Charles Dupont, Les Républicains et les Monarchistes dans le Var en décembre 1851, Paris, Baillière, 1883.

[16] Lei campaneto, Louis Borghero, Gimbert, Draguignan, 1883.

[17] A.Dominique, Le choléra à Toulon, Etude historique, statistique, comparative, des épidémies de 1835, 1849, 1854, 1865 et 1884, Toulon, Isnard, 1885. 

[18] Toulon-Charité, du 1er au 14-12-1884. N.Blache, “A la santa di Prioù”. Au banquet de la corporation des jardiniers de Barbignoles, Trophyme Bouccon doit prononcer le discours, et, étranglé d'émotion, ne peut que proférer d'une voix tonnante : “A la santa di prioù, tron dé Diou ! Qué lou tron dé Dioù counservè touti li Prioù, tron dé Dioù !”.

[19] Toulon-Charité, du 1er au 14-12-1884. La Sinse, “Causerie provençale.

Après le choléra. (D'avant uno boutiguo, un mouloun dé frémos fan un bout dé causetto. Uno reïré maïré, assétado oou mitan, fa la toiletto dé soun pichot-fiou).

La reïré-maïré - Mius ! sé boulégués maï, ti garci quatré patados qué toun darnier s'en souvendra longtemps.

Mius - Ça m'est égal ! ... le dernier il a pas de mémoire ...

La reïré-maïré (si lagnan) - N'avié plus jes ... aquéou capoun dé choléra es vengu ... soun ana en bastido ... aro n'es maï clafi.

Misé Blaveiroou (la counsoulan) - Vous lagnès pas ensin, meirino ... aco li fa pas maou, eis enfants ... li chasso leïs marrideis himours ...

Misé Pedoouqué - Leïs émigras qué rintroun oourien ben dégu n'en faïré prouvisien ... soun touteï d'un' himour massacranto ...

Misé Siblé - Jusqu'à la grosso misé Bavareou, qu'un ren la fazié esquirla ... es revengudo la facho enfroumignado, leïs uïs terrous e touto trémoulento...

Misé Loffi - Es encaro espaourido ...

Misé Gavarroun - Aoujo ren touqua, ren escura, ren espooussa, à soun oustaou ...

Misé Trufigné - Oourié raisoun, s'es vraï qué la pidémio nous ven d'uno poussièro esparpillado oou ciel ...

Misé Siblé - La coua d'uno vieillo cométo ...

Misé Trufigné - Nanni ! s'agirié d'uno poudro qué jittarien dins l'air.

Misé Cabassoou - Aquelleïs qué s'amusarien à dé farços ensin, ruçubrien pas un'imagé, espéri ...

Misé Seouclé - Sérié un cas dé galero ...

Misé Riffouart - Maï, couyéti qué siès, aquelleïs qué jittarien la pouisoun n'en respirarien ben uno brég...

Misé Trufigné - L'y a dé gens qué li vivoun adintré, é li s'agradoun coumo lou peï dins l'aïgo ...

Misé Pin - Qu'u san fréquento, san déven ...

Misé Naveou - Oou compté dé moun hommé, la pidémio nous vendrié d'uno besti qué nous suçarié la tripetto ...

Misé Bortouraïgo - Anen ! amarié leïs toumbados ... un poulid gous .. A sa plaço, préférariou leis barlingots ..  

Misé Limaçoun - E qué tron dé besti sérié ?

Misé Naveou - Oou compté dé moun hommé, sérié un pichot vermé fin, fin, maï tant fin, qué degun l'oourié vis ...

Misé Limaçoun - Sé dugun l'a vis ... alors, li coumpreni plus ren !

Misé Roumias - Si ! ... Un savent si sérié trouva nas à nas ém'éou, en descoupant un Prussien ...

Leïs frémos, estounados é fazen d'uïs coumo dé portissous ! - En descoupant un Prusssien !

Misé Bortouraïgo - Aco vous estouno ? Aquéou sigué plus fin qué lou vermé, li courré drech oou niou ...

Misé Sebetto - Coumo voulès qu'un vermilloun invisiblé  trouassé un houménas en douas houros dé rélogé, qu'houro lou salutari, qué n'en finis plus, nous leïsso viouré senso nous chagrina ? ...

Misé Tararigno - Sériou portado à creïré à n'un vermé invisiblé. Vé ! tout lou temps doou choléra, va vous creïrés va non ... mi siou sentu uno grosso pougniduro dessouto l'embourigo ...

Misé Sebetto - Uno nièro esglariado ...

Misé Tararigno - Ero esta ma proumiero pensado, maï changéri d'idéo qu'houro si digué qué leïs arimaoudillos avien tant ben fugi Touloun.

Misé Brugas - Lou fait ès qué leïs cigalos an pas canta ...

Misé Riffouart - E leïs dindoulettos an plus fa seïs estatiens souto leïs téoulés deïs oustaous...

Misé Pedoouqué - Leïs magnotis ooussi an plus piouta ...

Misé Escoubetto - Pecaïré ! ... Counouïssés touteïs lou canari doou coumpaïré Tisté ?

Leïs frémos - Uno pichouno mérévillo...

Misé Brugas - Fran doou parla, a touteïs leïs talents ...

Misé Escoubetto - Eh ben ! tant qué la pidémio a fa soun carnava, s'ès mès à n'un cantoun dins sa gabi.. la testo souto l'alo ... A plus boulégua qué per lou nécessari ...

Misé Pédoouqué - Leïs oousselouns pressentoun leïs malheurs ; ma maïré va dizié toujours, ello qué n'a tant vis ...

Misé Bortouraïgo - Fizo-ti eïs passerouns, per aco ... toumbaras pas dé haou.

Misé Pin  - Quand lou chin japo, quoouquaren l'a ...

Misé Benpensanto - Lou choléra ès uno punitien dé Diou ... Manquan dé réligien ...

Misé Seouclé - Coumo t'expliquès alors la mouart deïs sœurs deïs hespitaous ... Manquavoun pas dé réligien, aquelleïs santeïs fillos !

Misé Benpensanto - L'a dé sécrets qué soun dé mystéris ...

Misé Fiéras - Digo qué leïs gens si soun troou gava dé poutités per si garanti doou maou qué nous ménaçavo ...

Misé Limaçoun - Lou fait ès qué saboun plus qu'inventa per nous manda à maquan avant nouastr'houro !

Misé Siblé - Aro, émé seïs produits chimériques, vous fan dé remédi doou diablé ...

Misé Tron - Voualés parla dé la famouso poutité émé l'aïgo d'anun ? ...

Misé Sépoun - Miséricordi ! ren qué dé li soungea mi fa enfrégné. Leïs gouttos qué toumbavoun taquavoun leïs malouns ...

Misé Favouillo (si parlan n n'ello) - Boiro dé la dé saoumo, buléou mi li fariou ... Maï d'aïgo d'anun, mi semblo qué n'en sériou fiqoua ...

Misé Démouré - Aï guari misé Ramatuello émé quasi ren ... 

Leïs frémos (si rapprouchan dé misé Démouré) - Viguen, coumo la souagnarès ?

Misé Démouré - Simplamen, coumo leïs médecins à millo pattos. D'abord, li garcéri un bouan ben dé pè émé dé moustardo ... Réguigné coumo uno lingousto fouaro l'aïgo ...

Misé Brugas - Aco ti fé pas réfléchi ?

Misé Démouré - Per li carma soun réguignoun, l'administréri quaouqueïs pichots veïrés d'aïgarden dé la fouarto ... Parlès, de réguigna ? ... Tout anavo ... lou d'haou, lou d'abas ...

Misé Favouillo - La vido révénié ... 

Misé Démouré - Alors, émé leïs vézinos, si férian uno résoulutien.

Misé Larudo - Perdudo per perdudo ...

Misé Démouré - Li placardérian un tasseou dé badanno su l'estouma ... un emplastre de péou dé bourgogno su l'embourigou ... La fractionnerian émé dé vinaïgré dé quatre voleurs oou dessus deïs ginous, é pui li férian prendre un cristéri, qué, ... ti diou qu'aco ! ... la barbo li fumavo ...

Misé Sigaloun - Lou li ferès boiro ... Ah ! ça maï ... sigué lou mounde révessa ?...

Misé Démouré - Lou lendéman, èro su pè ! ...

Misé Brugas - Pas tant qu'aco ! ... Resté  quienzé jours senso pousqué marcha ... Leïs pès, lou ventré é lou dessus deïs ginous l'avien pluma ...

Misé Démouré - La moustardo é lou vinaïgré avien fa soun effet ... Es tout cé qué demandavian ...

Misé Pin - Péço maou messo voou miès qué traou ben fa.

Misé Ventresquo - Es égaou, èro temps qu'aqueou carnava finissèssé ... Oou cous, coumo à la pescarié, si fazié plus un soou ...

Misé Siblé - Lou moundé ès révengu ... lou trin ordinari va réprendré ...

(Arrivent misé Mérévioun et misé Pézouretto).

Misé Brugas - Vaquito, en effet, leïs Mérévioun é leïs Pézouretto. Avien parti leïs proumiers, rétournoun leïs darniers ...

Misé Mérévioun (pâle et défaite) - Es maï questien doou choléra, supposi ... Changeas dé counversatien, vous en prégui !

Misé Pézouretto - Despui très mès, n'aven leïs oourillos fassidos.

Misé Favouillo - Durrias estré rassurados, mi semblo ... Aves fa taoulo longo, défouaro ...

Misé Mérévioun - Parlés pas dé viouré en bastido ... Bueï ...

Misé Naveou - Pourtant, ti siès pas facho préga per l'ana ... Avès fila coum'un uyaou ...

Misé Mérévioun - Peccaïré ! sigué per moun hommé ... Douarmié plus, mangeavo plus ... pénécavo ...

Misé Pézouretto - Lou miou mangeavo, buvié ; maï, la nué, ti fasié d'aquelleïs saouts, qué l'avié dé qué si tréboura ... crégniou d'ooucidents per dintré ...

Misé Gibetto - E en aquell'iagé soun dangeirous ...

Misé Limoun - Quand avès fa sept enfants, qué leïs avès touteï nourris, é qué l'estouma vous a créba sept coous ... poudès tout affrounta ... pourtant aï parti ...

Misé Naveou - Per toun hommé !

Misé Limoun - Vas dévigna ... li vouali tant dé ben !

Misé Pin  - Vido amourouso, vido doulourouso !

Misé Démouré - Avias un paou d'espargnos, avès agu raisoun dé quitta Touloun é d'ana vous douna dé plési.

Misé Mérévioun (tristement) - Dé plési ! ... Sé voualès counouissé leïs nué senso souan, leïs dina senso viouré, é leïs arimaoudillos amourousos dé nouastré sang ... vaï-t'en en bastidos pendent l'estiou ...

Misé Gibetto - La coumaïré nourriço nous avié céda soun lié ... cé qu'avien dé millous ...

Misé Méréviou - La coumaïré tant ben ... un lié à musiquo ... émé douas paillassos ... Poudian pas si vira senso révilla tout l'oustaou ...

Misé Naveou - Leïs viouré fazien pas défaou ?

Misé Pézouretto - As jamaï tasta dé la vacco enrabiado ?

Misé Naveou - Jamaï ...

Misé Pézouretto - Passo-ti lou charmé d'émigra en temps dé pidémiou, é léou-léou la counouïssiras ...

La reïre-maïre - Aven pas quitta la villo, é grandos soun estados nouastreïs pénos ... Sias parti, é n'en avès agu vouastro part ...

Misé Tripetto - Un paou cadun, la barquo va ...

(Le soir, à l'heure du coucher des enfants).

Mius (à sa reïre-maïré) - Alors, marraine, le choléra on est un ver ? ...

Meïrino - Voui !

Mius - ...Qu'on vous suce la tripette ? ...

Meïrino - Voui.

Mius - Et comme on vient dans le ventre, les vers ?

Meïrino - Leïs avalan ... en mangean, en buven ...

Mius (badaillant a faïré veïré leïs talouns) - Eh bien ! alors, tante Lachugue, qu'elle a une si grosse bedaine, elle a dû en avaler un bien beau de vers.

La Sinse.

[20] L'Almanach de Toulon 1882, donne en provençal une plaisanterie sur un conseiller municipal (“Lou bouan Diou ti préservé / D'un'indigestien de tapeno / Et d'un discours doou grand Lavéno”) et une scène de X.de Briey (Dominique), “Lei Besagnens. A la Pescarié”.

L'Almanach de Toulon 1883, X.de Briey (Dominique), “Lou coucha de la Maridado”, scène de Besagne. Compte rendu du conseil municipal, avec exclamations provençales de Marnata, marchand de faïences  : “Bézard, s'es caga eï braïo !”, Ponteil, médecin, Gaune, ingénieur civil, secrétaire du conseil municipal : “Leïsso mi fa soouta leï bretello !”, etc.

L'Almanach de Toulon, 1884, La Sinse, “Mœurs de Provence. Uno partido dé loto enco dé Misé Lupi”. Pièce écrite pour l'Almanach par “l'auteur populaire de La Vie Provençale”.

1885 - L'Almanach de Toulon, toujours hostile à la municipalité Dutasta, s'en tient toujours à La Sinse et ridiculise gentiment les provençalismes de certains élus. Almanach de Toulon, 1885, La Sinse, “Mœurs provençales. Après le choléra”. “Les édiles : [...] Rimbaud, dit Perisamplé.  Un type. Il est curieux à force de l'être pas”.

[21] Le Petit Var (16-8-85) : “Mort de M.Dufor, poète, membre de l'académie des muses santonnes, s'en est allé dans corbillard des pauvres. Auteur ordinaire du théâtre Chichois et du théâtre des Familles, il laisse comme bagage littéraire la plupart des pièces françaises et provençales qui ont été jouées sur ces petites scènes. On connaît aussi de lui plusieurs romances locales, entre autres un chant patriotique intitulé les Ouvriers de l'Arsenal”.

La Toùténo, n°31, 2-1-86. “Moussu Dufor - L'avés touti counouissu, vaùtre Toulounenc que sias ami dei lettro. Parai ? qu'ero un vrai poueto, amaire de la liberta, senso souci doù lendeman, toujou gai coumo un aùceù, emai n'aguesse que lou diable en pochi. Un galoi prouvençau toujou lés à turta lou veire, un felibre doù gros grun : avié dina émé Mistral. Es lou soulet titré qu'avié quouro mi fugué présenta”. L'article évoque le taudis où Dufort habitait, rappelle ses compositions françaises et provençales, son désir de fonder un vrai journal, et sa mort, lors du retour du choléra en 85.

[22] Le Petit Chichois, paraît d'avril à juin 1882, d'abord quotidien, puis bi-hebdomadaire. Siège : “Théâtre provençal, place de la Liberté”. Il porte sous le titre, en encadré : “Per loou français siou pas fouar / Mais per loou prouvençaou / Osco Manosco ! / Digo-li qué venguon, mon bon”. Il affirme très vite son choix du français majoritaire : 

12-4-82, n°7. - “Coumo dia ? qué leï Toulonnen coumprenoun pa lou prouvençaou, ah ! té mé fé rire ! Leï Toulonnen estrangié, diou pa, maï aquelli que soou* natif de Touloun, mi coumprenoun forben. Cependan, mi fé aviso d'uno cavo, qué coumo loou pichot Chichois es croumpa per tout lou moundé, pourié ben si fairé, que laguessé qu'aou qu'un qué mi coumprenguesé pa. Aussi mi décidi d'escriouré en francé. Quoiqué, sabé qué per loou français siou pas fouar, maï es egaou quan mi-li metti ; tanben qué li mandi un biaï.” Il continue donc en français populaire provençalisé et orthographié phonétiquement.

[23] Lou Franc Prouvençau, 1883 : C.Dauphin, “Leis Oousselouns de Passage, Pèço qu'aven presso dins "Lou Paysan", bèou voulume en passo d'estre emprima e lou digne Frèro deis Bastidanos”. Le livre annoncé ne verra pas le jour.

[24] Lou Franc Prouvençau, 1883, “Lou chant doou départ, signé Docteur G..., Per coupio counformo, Charles Poncy.

Quand lou passeroun din sa gabi, / Enchichini, poou plus piouta ;/ Quand l'a plus oou found de la fabi / Proun d'ori per vougne lou ta ; / Quand la poutio eis uei s'empego, / Que sias viei, maoucourous, arna, / Es temp de devessa la pego : / Foou s'enana, foou s'enana. [...]”.

[25] Lou Franc Prouvençau,  1884. A.Richier, “Lou Filossera, Cansoun.

Qu'un tron te cure et t'aprefounde, /  O mouestre de filossera, / Que vènes desavia lou mounde / En passant ta vido à fura / L'aubre que Nouvè, dins sa fugo, / Plantè per douna lou rasin, / Lou moust que gisclo dei rapugo / E que fai tant de crano vin ! // Refrin : Aquelo malandro que passo / Es quaucaren dòu fuè de Dièu ! / Dins nouestei plantié fa man basso, / Laisso plus un maiòu de vièu. / Vias nouestei souco ben pourtanto / Emé de frucho tant e mai ; / Puei la jaunisso leis aganto / Alor à Dièu-sias ! tout s'en vai ! // Quan lou maran a tua lei souco / E que va fau tout derraba / Vous vèn l'amaresso à la bouco / E sentès lei bras vous toumba. / Per lou peisan, oh ! que suplici ! / Voulès pas que li siègue dur / De veire avari soun delici / De veire nega soun bouenur ! // Li a rèn à la santo vinacho / Per coucha la marrido umour, / Per vous ben tenchura la facho / E v'empli de joio, d'amour. / Uno fes qu'aquèu bouen jus manco, / Adièu lou rire e lei cansoun / Alor vous ven la gaugno blanco / Fau resta mut dins un cantoun. // O bèu tems, quouro, à la chambrado, / Poudian s'en metre fin-qu'eis uei ! / Alor bevian à la rasado / Erian pus urous qu'aujourd'uei. / Aro ei cafè vous empouiounon / Emé sei drogo e sei liquour. / Lou vin vòu mai que ço que dounon : / Se pòu ren trouba de meiour ! // Bacus, crèsi que te fas souto ! / Sembles un viei touneu déigli ! / Vies pas qu'as plus ren dins la bouto ? / Mando lèu de moust per l'empli. / Au grand destrussi fai la casso / Li laisses pas tout devasta, / Zou ! de vin que n'en vengue en masso, / Per-fin de mai bèure et canta”.

[26] P.Arnaud, L'Amatour deis Rimos, feuille volante, 1882. contient deux pièces. 

- “A meis Amis, Rémerciment à l'oocasien dé l'Expousitien dé Draguignan, 4-7-82, Arnaud (Philémon), Potier, aux Arcs, Var.”. Arnaud proteste contre le jury qui n'a pas récompensé ses poteries. Il conclut : “Coumpréni qué meis vers risquoun dé pas vous plaïré, / Ami lectour, tant mies, mai moun usagi es taou, / Qué voulès, es ensin, sabi lou mai ren fairé, / Faou tout cé qué mi senti, gasti cé que faou, / Quoiqué sachi ligi perfès dins lou grand libré. / Sabès, siou pas poéto e ni mai cansounier, / Ni félibré noun plus, siou dins aquéou mestié, / Coumo fouasso qué nia, justé un pensaïre libré”.

- “De la Misanthropie, Peut-être ... Arnaud Philémon, membre de plusieurs académies, Les Arcs, le 7-6-82” : pièce française  moralisante contre les puissants et les méchants.

[27] Vilo de Sant-Rafèu (Var). Targo literàri. Draguignan, Latil, 1882.

“Au mes de mai venènt, la vilo de Sant-Rafèu dounara de grandi targo, en lengo miejournalo, en proso coumo en vèrs.

Ves-eicit lou prougrame de la targo, lou gaiardet di joio, emé li coundicioun de la loucho.

1 - La loucho es duberto entre tòuti li dialeite neo-rouman dou miejour de la Franço, entre tòuti li parladuro de lengo d'O.

2 - L'ourtougràfi di felibre es de rigour. [...]

5 - Li pèço an d'èstre mandado, franco de port e avans lou premié de mai 1883, à M.Paul Bacque, entrepreneur à Saint-Raphaël (Var).

Fa e delibera à Sant-Rafèu, lou 15 decèmbre de l'an 1882. Li membre dou coumitat d'ourganisacioun, Thomé, premié ajoun au Maire ; Séguier, counseié municipau ; Ch.Anglés, ancian avoucat ; Paul Bacque, entreprenour ; Bontemps, doutour en médecino ; L.Bouyer, architeite en jardin ; S.J.Ravel, architeite. Vist e aprouva, Lou Maire de Sant-Rafèu, Félis Martin”. 

[28] A Moussu Félix Martin, Mèro de Sant-Rafèu, et a Moussu Decugis, mèro de Frejus, Oumagi : Valescuro, Tra d'unien entré Frejus e Sant-Rafèu. L'abbé Revertégat, Felibre, Secretari generaù de l'Evescat de Frejus, Frejus, Chailan, 1883. 4 p. “Legi à la desservo doù dina douna ei Felibré, lou dilun, 28 de mai 1883, à l'oucasien de sa Reunien generalo à Sant-Rafeù, souto la presidenci doù Capoulié Mistrau”.

[29] Lou Franc Prouvençau, 1884 : “Anfin, M.Martin aviè ourganisa dins soun castèu uno souarado prouvençalo en l'ounour deis Felibres, e es au mitan deis dansos e dòu plesi que finissé aquelo belo festo felibrenco [...] Quauqueis felibressos, entre elis douas agradivos Arlatencos, coumo de flous dins un jardin, embelissien nouastro taulado". .

Armana Prouvençau, 1884 : “L'acamp de Santo Estello s'es tengu à Sant-Rafèu, en meme tèms que l'assemblado di Mantenèire de Prouvenço. Gràci au gènt acuei de M.Fèlis Martin, lou Maire valerous de la galanto vilo, lou festenau fuguè superbe, e poulit mai que tout aquéu bal que i' aguè de-niue encò de M.Martin, ounte li damo de Sant-Rafèu, de Cano emai de Niço, èroun tóuti vestido à la modo arlatenco”.