On peut lire dans l'introduction de l'Armana prouvençau pèr lou bèl an de Diéu 1867 adouba e publica de la man di Felibre Joio, soulas e passo-tèms de tout lou pople dóu Miejour, En Avignon, enco de Roumanille, Libraire-editour, 1866 un salut enthousiaste aux renaissantistes catalans, dans la droite ligne de celui déjà plusieurs fois envoyé. En voici le début :  

balaguer-esperancas

"L’antico alianço di pople catalan e prouvençau, tant flòri autre-tèms souto lou Comte Ramoun-Berengué, se reviho d’un an à l’autre, e se ressaro sèmpre mai pèr l’entre-messo di troubaire. Lou grand pouèto patriot, Don Victor Balaguer, deputa de Barcilouno, es vengu, aquest estiéu, nous adurre soun bèu libre Esperansas y recorts (Barcilouno, Jaume Jepus, 1866), nous regala de sis inne sublime, emai nous counvida, tóuti li Felibre, à ana, l’an que vèn, renousa soulennamen lou liame d’amistanço i Jo Flourau barcilounés."

Il est certain que la présence de Balaguer à Avignon, a apporté aux premiers félibres des effluves enivrants : ceux de la renaissance politique et nationale d'un peuple opprimé parlant une langue sœur (voire bien plus, pour Mistral qui n'hésite pas à faire du catalan un dialecte de la langue d'oc).

Du côté des Provençaux, ce sera, en cette fin de Second Empire, et pour un temps assez bref, une floraison de textes dénonçant l'indépendance médiévale perdue et en souhaitant, oh combien timidement, le retour...

Le plus connu, et sans doute le plus explicite, est ce poème que je reproduis ci-dessous, La Coumtesso. La Comtesse, dont les terres regorgent de biens terrestres et spirituels, est totalement dépossédée par sa mauvaise sœur, et enfermée dans un couvent... Le poète appelle ceux qui voudraient le suivre (mais l'entendent-ils, il en doute) à prendre d'assaut le couvent, et libérer la Belle... et pendre les oppresseurs. Bigre, Mistral alors n'y allait pas de main morte ! 

La métaphore est évidente de la perte d'indépendance provençale et de l'espoir d'une libération de la sujétion française.

Que Mistral ait un temps caressé le rêve d'une Provence (et même d'une grande terre d'Oc) indépendante importe peu, en définitive, tant la conclusion qu'il en tire est révélatrice d'un écartèlement nationalisme provençal - appartenance assumée à la France, comme il l'écrivait en 1862 (article cité) qui, à terme, va devenir insupportable. Sauf à s'en tenir au don quichotisme appel que rien ne vient assumer... La lutte de libération nationale ne dépassera pas la chaleur communicative des banquets renaissantistes...

Mais voici donc le texte du poème, tel qu'on peut le lire dans cet Armana de 1866. Je ne traduis pas. Traduire Mistral est l'affadir.

LA COUMTESSO

A Vitour Balaguer
"Morta diuhen qu'es, mès jo la crech viva"
V. Balaguer

Sabe, iéu, uno Coumtesso


Qu'es dóu sang emperiau :

En bèuta coume en autesso


Cren degun, ni liuen ni aut ;


E pamens uno tristesso


De sis iue nèblo l'uiau.

Ah ! se me sabien entèndre !


Ah ! se me voulien segui !

 

Elo avié cènt vilo forto,


Elo avié vint port de mar ;


L'óulivié davant sa porto


Oumbrejavo, dous e clar ;


E tout fru que terro porto


Èro en flour dins soun relarg.

Ah ! se me sabien entèndre !


Ah ! se me voulien segui !

 

Pèr l'araire e pèr l'eissado


Elo avié de plan de Diéu


E de colo ennevassado


Pèr se refresca, l'estiéu ;


D'un grand flume l'arrousado,

D'un grand vènt lou soufle viéu.

Ah ! se me sabien entèndre !

Ah ! se me voulien segui !

 

Elo avié pèr sa courouno

Blad, óulivo emai rasin ;

Avié dú tauro ferouno


E de chivau sarrasin ;

E poudié, fièro barouno


Se passa de si vesin.

Ah ! se me sabien entèndre !

Ah ! se me voulien segui !

 

Tout lou jour cansounejavo,

Au balcoun, sa bella imour ;

E cadun barbelejavo


De n'ausi quauco rumour,

Car sa voues èro tant siavo


Que fasié mouri d'amour.

Ah ! se me sabien entèndre !

Ah ! se me voulien segui !

 

Li troubaire, se devino,


Ie fasien grand coumpagnié ;


Li fringaire à la plouvino

L'esperavon, matinié ;


Mai, coume èro perlo fino,

Carivèndo se tenié.

Ah ! se me sabien entèndre !

Ah ! se me voulien segui !

 

Sèmpre pourtavo uno raubo


Facho de rai de soulèu ;

Quau voulié counèisse l'aubo,

Vers la bello courrié lèu ;


Mai uno oumbro aro nous raubo


La figuro dou tablèu.

Ah ! se me sabien entèndre !

Ah ! se me voulien segui !

 

II

Car sa sorre, sa sourrastro,

Pèr eireta de soun bèn,


L'a clavado dins li clastro,

Dins li clastro d'un couvènt

Qu'es barra coume uno mastro


D'un Avènt à l'autre Avènt.

Ah ! se me sabien entèndre !

Ah ! se me voulien segui !

 

Aqui jouino emai carcano

Soun vestido egalamen


D'un plechoun de blanca lano


E d'un negre abihamen ;

Aqui la memo campano

Règlo tout coumunamen.

Ah ! se me sabien entèndre !

Ah ! se me voulien segui !

 

Aqui, plus de cansouneto,

Mai de-longo lou missau ;

Plus de voues galoio e neto,

Mai silènci universau :

Rèn que de cato-faneto,


O de vièio à tres queissau.

Ah ! se me sabien entèndre !

Ah ! se me voulien segui !

 

Bloundo espigo de tousello,


Garo lou voulame tort !


A la noblo damisello

Canton li Vèspro de mort ;


E 'm' acò l'on ie cisello


Sa cabeladuro d'or.

Ah ! se me sabien entèndre !

Ah ! se me voulien segui !

 

Or la sorre que l'embarro

Segnourejo d'enterin ;


E d'envejo, la barbaro,


I’a ‘sclapa si tambourin,

E de si vergié s'emparo

E ie vendémio si rin.

Ah ! se me sabien entèndre !

Ah ! se me voulien segui !

 

E la fai passa pèr morto,


Sèns poudé ie maucoura

Si fringaire - que pèr orto

Aro van, despoudera...


E ie laisso en quauco sorto

Que si bèus iue pèr ploura.

Ah ! se me sabien entèndre !

Ah ! se me voulien segui !

 

III

Aquéli qu'an la memòri,

Aquéli qu'an lou cor aut,

Aquéli que dins sa bòri


Sènton giscla lou mistrau,

Aquéli qu'amon la glòri,

Li valènt, li majourau,

Ah ! se me sabien entèndre !

Ah ! se me voulien segui !

 

En cridant : Arasso ! Arasso !

Zóu ! li vièi e li jouvènt,

Partirian tóutis en raça

Emé la bandiero au vènt,

Partirian coume uno aurasso

Pèr creba lou grand couvènt !

Ah ! se me sabien entèndre !

Ah ! se me voulien segui !

 

E demoulirian li clastro

Ounte plouro jour-e-niue,

Ounte jour-e-niue s'encastro

La moungeto di bèus iue...

Mau-despié de la sourrastro,

Metrian tout en dès-e-vue !

Ah ! se me sabien entèndre !

Ah ! se me voulien segui !

 

Penjarian pièi l'abadesso


I grasiho d'alentour,


E dirian à la Coumtesso :


« Reparèisse, o resplendour !

Foro, fora la tristesso !

Vivo, vivo la baudour ! "

Ah ! se me sabien entèndre !

Ah ! se me voulien segui !

22 d'Avoust, 1866.

Frederi MISTRAL